Chapitre 7 – La libération du territoire et les chemins de fer

VII – La libération du territoire et les chemins de fer

À l’approche du débarquement, les autorités allemandes organisent l’ordre de bataille. En raison du manque de confiance des autorités allemandes envers les cheminots français, des milliers de cheminots allemands, des professionnels mais aussi des requis, au moral peu résolu, sont alors envoyés sur le réseau SNCF : ils prennent connaissance des dispositifs ferroviaires et peu à peu passent à l’exploitation ; toutefois jusqu’au repli allemand, la majeure partie des transports allemands est assurée, semble-t-il, par des équipes françaises. De nouveaux responsables, le colonel Höpfner et le président Wintgen, sont nommés en février 1944 à la tête des Transports allemands en France et procèdent à un réaménagement des liaisons avec la SNCF, en instituant notamment la délégation spéciale de la SNCF auprès de la HVD (Sonderstab SNCF bei HVD Paris), de manière à renforcer la chaîne du commandement, ceci dans le cadre du futur théâtre d’opérations Ouest.

Étendant leur sphère d’activité du contrôle à l’exécution, les autorités allemandes s’insinuent de plus en plus dans la gestion de la SNCF, du fait de la situation militaire et de la défiance allemande envers les responsables français. Le directeur général de la SNCF Le Besnerais s’en plaint, lors de son exposé sur la situation de la Société nationale devant le Conseil des ministres, à Vichy, le 31 mai 1944. Ces ingérences allemandes se font pressantes pour d’évidentes raisons stratégiques sur la question des effectifs du personnel de conduite.

Les autorités allemandes demandent ainsi à ce que du personnel de traction soit recruté et que la banalisation des machines soit introduite à la SNCF, comme elle est en vigueur à la Reichsbahn. Les interventions des services allemands se produisent aussi à l’occasion de licenciements d’agents, notamment d’agent des ateliers de réparation de locomotives.

De leur côté, les Alliés opèrent des bombardements aériens de préparation dont les chemins de fer sont les principales cibles. Avec le débarquement, le plan Vert entraîne l’interception de nombreuses lignes. Par les bombardements, puis par les sabotages, le trafic ferroviaire est fortement entravé. Le Ministerialdirektor Dr. Gustav Dilli, troisième personnage de la Reichsbahn et du RVM, vient spécialement à Paris pour tenter d’impulser la reprise du trafic. Les autorités allemandes font réparer les voies et les installations ferroviaires par les sapeurs allemands et français, des entreprises françaises et allemandes, réparations provisoires qui parviennent à assurer le repli des forces allemandes à l’Est de la Seine.

Malgré la généralisation des sabotages ferroviaires, les derniers convois de déportations, raciaux et politiques, continuent de partir vers l’Est dans l’été 1944.

À la mi-août, les syndicalistes clandestins lancent la grève insurrectionnelle qui se substitue à la résistance passive des cheminots. Dans leur déplacement, les forces allemandes, notamment la division “das Reich“, laissent derrière elles les charniers de massacres sommaires, dont les cheminots et leurs familles sont souvent les victimes.

© Christian Bachelier, 1996
© SNCF et AHICF, 1999, pour la présente édition
Reproduction interdite sans l’autorisation expresse de l’auteur



Le chapitre 7 en version complète se trouve ci-dessous :


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search