Chapitre 2 – Cadre franco-allemand et acteurs

 Le fonctionnement des chemins de fer français durant l’occupation allemande met en relation des acteurs de nature différente : Français et Allemands, bien sûr, mais aussi civils et militaires, techniciens et politiques.

II – Cadre franco-allemand et acteurs

La Commission d’armistice

L’armistice de 1940 génère des organismes allemands et français, qui constituent l’unique voie légale au plan du droit international entre les deux gouvernements.
La Commission allemande d’armistice comprend notamment une délégation pour l’économie, dirigée par le Dr. Hemmen, et une section transports, dirigée par le lieutenant-colonel Theilacker.
La partie française est formée par la Délégation française auprès de la Commission allemande d’armistice. Début juillet 1940, sa délégation pour les Communications, dirigée par le colonel Paquin, s’installe à Paris, conformément au raccourcissement des circuits de transmission des ordres – c’est là un phénomène que l’on peut observer pour d’autres instances. La délégation pour les Communications a pour mission d’assurer la présence gouvernementale française et transmet ainsi les ordres allemands, par l’intermédiaire du ministère de tutelle. Mais elle le fait parfois directement à la SNCF en raison de l’urgence et a pour consigne d’en référer au gouvernement pour ce qui dépasse l’exécution pure et simple de la convention d’armistice.
De mai 1941 à novembre 1942, les organismes français issus de l’armistice sont complétés à Paris par la Délégation générale aux Relations économiques franco-allemandes, dirigée par Jacques Barnaud, lequel aura une influence décisive sur la cohérence de la politique de collaboration économique et sur la stratégie des “contreparties”.

Le gouvernement de Vichy et ses interlocuteurs allemands

En outre existe à Paris une Délégation générale du gouvernement français pour les territoires occupés, sorte d'”ambassade de Vichy à Paris”, censée n’être qu’un simple échelon administratif du gouvernement français dans la capitale, mais qui jouera un rôle politique autonome du fait de son chef, Fernand de Brinon, un collaborationniste affiché.
Son correspondant est le commandement militaire allemand en France, le Militärbefehlshaber in Frankreich (MBF), dont la section économique est dirigée par le Dr Michel du 13 juillet 1940 à août 1944.
Mais du fait du jeu politique mené par Fernand de Brinon et Pierre Laval, son principal interlocuteur devient très rapidement l’ambassade allemande à Paris, dirigée par Otto Abetz. Les moyens dont disposent les autorités allemandes d’occupation, MBF et Ambassade, les amènent à adopter le principe de “faire faire plutôt que faire”, dont on a déjà eu plus haut un aperçu.

Pierre Laval en 1940 (source : wikimedia commons)

À partir de septembre 1940, Jean Berthelot, devenu secrétaire d’État aux Communications, renforce les pouvoirs du ministre de tutelle de la SNCF, au détriment même de nouvelles structures créées par le régime de Vichy, tel que le secrétariat général aux Travaux et Transports. Les pouvoirs de décision sont alors concentrés entre les mains du ministre et de son cabinet, ainsi que du directeur général des Transports, par la réduction du nombre des directions ministérielles.

La direction de la SNCF

De même, les structures dirigeantes de la SNCF sont modifiées aux termes de la loi du 10 octobre 1940 : le Conseil d’administration voit le nombre de ses administrateurs passer de 33 à 12 ; le Comité de direction est supprimé ; les délégations de pouvoir du président sont renforcées. Ces modifications, notamment celles concernant le Conseil d’administration, visent à renforcer la tutelle. Toutefois, le fonctionnement interne de la SNCF demeure, dans les faits, caractérisé par l’existence d’un esprit de corps, du fait de l’autonomie dont disposent les ingénieurs, rouage essentiel de l’entreprise. A ce propos, le rapport Huisman-Montrémy d’après-guerre remarquera que les contrôles étatiques sur la SNCF sont exercés par des techniciens “qui ont la même formation que ceux qui subissent le contrôle, sans posséder des moyens d’action et le contact avec la réalité que peuvent avoir les contrôlés”. Le fait qu’un cheminot occupe pour la première fois la tête du ministère de tutelle de la SNCF ne facilite pas pour autant les rapports entre la tutelle et la Société nationale. Outre les traditionnels conflits de personne, existent des conflits de conceptions qui opposeront par exemple le président Fournier, juriste et inspecteur de Finances, et le ministre-technicien Berthelot. Enfin, en raison de l’établissement de la ligne de démarcation est créée la délégation technique SNCF à Vichy, qui correspond à une antenne autonome du service du Mouvement pour l’ensemble de la zone sud.

Les structures allemandes en France

Du côté allemand, les transports sont d’abord de la compétence des militaires, en l’occurrence le colonel Göritz, puis très vite le général Kohl, chef de la WVD Paris, dépendant du Chef des Transports allemands, le général Rudolf Gercke, qui dépend du haut-commandement de la Wehrmachtet de l’Armée de terre (OKW et OKH). Mais, dans les faits, la direction de la SNCF a pour principal interlocuteur un civil détaché auprès de la Wehrmacht, un haut fonctionnaire de la Reichsbahn, le président Münzer, président de la section des Chemins de fer (Eisenbahnabteilung) à la WVD Paris. Dans l’ensemble, les cheminots allemands chargés de la surveillance de l’exploitation française sont des hommes d’expérience, rassis. Ce sont des cheminots de profession, parmi les plus âgés de ceux détachés à la Wehrmacht à partir du printemps 1941 du fait du transfert des plus jeunes d’entre eux sur les directions ferroviaires de l’Est. On trouve aussi des techniciens spécialisés dans la traction électrique. Comme l’ensemble des fonctionnaires du ministère des Communications du Reich, le Reichsverkehrsministerium (RVM), dont l’une des directions est constituée par la Reichsbahn, ils sont fortement nationalistes et encadrés par le parti nazi, une situation classique qui voit la collusion dans les instances du Reich entre les techniciens et les membres du NSDAP.


De la WVD Paris dépendent des Eisenbahnbetriebsdirektionen (EBD) qui correspondent très grossièrement aux Régions SNCF. Aussi des délégations techniques de la SNCF sont-elles établies auprès des EBD. Et, au fur et à mesure, les liaisons s’établissent avec les autorités ferroviaires allemandes par le truchement de délégations techniques SNCF auprès des EBD, ainsi élue par des conférences franco-allemandes directes entre les services centraux de la SNCF et la WVI), qui ne passent pas par les voies des organes gouvernementaux. Il faut noter en particulier la création, par la SNCF, du “secrétariat W”, “chargé de centraliser et d’archiver toute la correspondance échangée avec les autorités allemandes, tant par la direction générale que par les services centraux” (note de la SNCF, d’août 1940), dont les archives sont restées introuvables durant cette enquête [5].

© Christian Bachelier, 1996
© SNCF et AHICF, 1999, pour la présente édition
Reproduction interdite sans l’autorisation expresse de l’auteur



Le chapitre 2 en version complète se trouve ci-dessous :


5Et n’ont pas été retrouvées depuis son achèvement.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search