Exposition “Voix Cheminotes” accessible en ligne

Entre janvier 2012 et décembre 2013, Rails & Histoire a mené une collecte inédite d’archives orales, afin de contribuer à la sauvegarde de la mémoire cheminote de la Deuxième Guerre mondiale. Grâce à deux cent dix entretiens menés auprès d’anciens agents de la SNCF et de leurs proches, de passagers et de victimes de la répression, Rails & Histoire a pu créer l’exposition Voix cheminotes. Une histoire orale des années 1930 à 1950. Cet appel a également permis de recueillir plusieurs milliers de documents, déposés au Centre national des archives historiques de la SNCF (CNAH), sous forme de prêt ou de don, et systématiquement numérisés.

 Le son a été au centre de l’exposition, qui présentait également des documents originaux (souvent inédits) des reproductions, des objets, ainsi que des montages audiovisuels.

L’exposition s’est tenue sur le site des Archives Nationales à Pierrefitte-sur-Seine entre les 8 avril et 4 juillet 2015, et a permis au public de découvrir la mémoire des cheminots, descendants de cheminots et témoins d’une grande entreprise publique française avant, pendant, et après la Deuxième Guerre mondiale.

« Voix Cheminotes » a aussi été présentée lors des Journées Européennes du Patrimoine à Pantin les 16 et 17 septembre 2017, ainsi qu’à l’occasion des 30 ans de l’association Rails & Histoire à la halle Pajol, le 21 octobre 2017.

Nous vous proposons de découvrir à présent cette exposition en ligne sur le site des Archives Nationales.

Vous trouverez ci-dessous un rapide résumé des thématiques abordées en son sein :

Première partie : D’une guerre à l’autre

– Mémoire de la Première Guerre mondiale, situation de l’Alsace-Lorraine depuis 1871.
– Événements politiques, sociaux, français et internationaux (accession au pouvoir d’Hitler, 6 février 1934, guerre d’Espagne, Front populaire).
– Naissance de la SNCF en 1938 (qui regroupe les anciennes compagnies privées) : les effectifs, les métiers, l’apprentissage, la technologie, les relations sociales, les syndicats, la vie dans les cités cheminotes.

Deuxième partie : La guerre 1939-1940

– La déclaration de guerre, la mobilisation des trains et des cheminots, la situation militaire des jeunes cheminots (apprentis, auxiliaires, réservistes), la participation aux combats, la captivité, le retour de la moitié des cheminots prisonniers.
– L’exode et l’arrivée des occupants.
– La convention d’armistice et ses effets sur les chemins de fer.

Troisième partie : Vie quotidienne et vie professionnelle sous l’Occupation

– Le travail en France : comment les témoins rencontrés, qui occupaient pour la plupart des positions subalternes, ont commencé (cas des apprentis) ou poursuivi leur carrière entre 1940 et 1944 ; répercussions ou pas du contexte.
– Le travail en Allemagne : les différentes catégories (volontaires, requis, STO) ; la diversité des expériences.
– Le quotidien et la vie personnelle : la nourriture, le ravitaillement, le chauffage, les vêtements, les loisirs (sports, activités culturelles), les relations amicales et familiales, la religion, etc.
– Les attitudes face aux Allemands et à Vichy : l’indifférence, l’accommodation, les différentes formes de résistance (du travail au ralenti à la clandestinité et les actions violentes), les compromis, la collaboration.
– Répressions et déportations.

Quatrième partie : La fin de l’Occupation et l’après-guerre

– Les bombardements, les débarquements et les libérations.
– Le service militaire et les engagements dans l’armée française, le déminage.
– La participation à la Reconstruction.
– Les règlements de compte, l’épuration.
– L’attente et le retour des prisonniers de guerre, des travailleurs du STO, des déportés.
– La constitution d’associations, les demandes de reconnaissance.
– Le travail et quotidien dans l’après-guerre (les difficultés de logement, les pénuries de nourriture qui se cessent qu’à la fin des années 1940, etc.).

Cinquième partie : Les mémoires

– L’articulation entre mémoire nationale, mémoire du groupe cheminot et mémoire individuelle.
– Les dettes et les liens de reconnaissance qui perdurent parfois jusqu’aux années 2010 : retrouver un sauveur, être remercié par les Alliés, faire poser une plaque officielle…
– Les décalages, les écarts, les affrontements parfois, entre histoire et mémoire collective et histoires et mémoires individuelles.
– Les types et les destinataires de la transmission.
– La présence de la période de la guerre et de l’Occupation aujourd’hui.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search