1.3 Le “ Fonds cheminot ” du Comité central d’entreprise de la SNCF

UNE ENTREPRISE PUBLIQUE DANS LA GUERRE : LA SNCF, 1939-1945


Première partie : Quelles archives aujourd’hui pour l’histoire


Le Fonds cheminot du Comité central d’entreprise de la SNCF

Le “ Fonds cheminot ” du Comité central d’entreprise de la SNCF est ­en cours de constitution mais déjà, tel qu’il se présente aujourd’hui, il nous permet de le qualifier comme un centre de ressources pour la recherche historique.

LE FONDS CHEMINOT

Le Fonds est propriété du CCE qui le conserve au 140, rue de Bercy à Paris, dans le 12e arrondissement, au sein de son Service du livre et des ­bibliothèques1.

Il s’agit essentiellement d’un fonds documentaire, constitué à ce jour d’envi­ron 3 000 monographies imprimées, 9 000 numéros de revues anciennes et en cours et de 250 autres documents (cassettes audio, vidéo, diapositives, etc.).

Lorsque le CCE a été créé en 1986, ce fonds n’existait pas en tant que tel. Toutefois avaient été rassemblés quelque 500 titres provenant d’héritages divers : versement de directions ou d’établissements de la SNCF aux bibliothèques sociales locales, dons d’auteurs, etc., envoyés par ces bibliothèques qui ont obligation de retourner vers Paris les ouvrages qu’elles n’utilisent plus.

En 1993, le CCE a pris la décision de constituer à partir de ce dépôt hétérogène un véritable fonds en le dotant d’un budget d’acquisition qui a permis de compléter et d’augmenter les collections tant d’ouvrages que de périodiques anciens et contemporains.

De 1993 à 1997, ce budget a été augmenté d’une subvention accordée par le Centre national des lettres.

Qu’y trouve-t-on ?

“ Touche-à-tout ”, ce fonds constitue la parfaite bibliothèque du cheminot qui veut nourrir sa culture générale, ferroviaire, historique, géographique, sociale.

On y trouve des ouvrages datant des débuts du chemin de fer (150 environ) mais l’essentiel des titres couvre la période qui s’étend de la création de la SNCF jusqu’à nos jours. Tous les grands classiques, ou presque tous, y sont représentés.

Quelles sont les orientations adoptées à son égard par le CCE ?

Trois axes de développement ont été retenus. Leurs croisements, leurs combinaisons feront l’intérêt et l’originalité du Fonds :

1 / le Fonds cheminot se constitue en tant que centre de ressources en histoire sociale ;

2 / c’est le lieu où la production des cheminots est rassemblée (qu’elle soit écrite, orale, filmée…) ;

3 / c’est le lieu où l’on trouve la production éditoriale qui lie monde cheminot et création artistique (romans, essais, poésie, théâtre, bandes dessi­nées, etc.).

Le métier de cheminot ou, plus exactement, les métiers est le thème central de l’action que mène le CCE pour valoriser le travail des cheminots. Il permet d’aborder les problèmes humains et techniques. Cependant, si le Fonds cheminot possède des ouvrages techniques, il ne recherche pas l’exhausti­vité sur ce sujet, le Centre de documentation de la SNCF remplissant très bien ce rôle2. Ce thème du métier permet d’aborder également l’histoire de l’entreprise et des luttes sociales.

Quels utilisateurs pour ce fonds ?

Le Fondsest, en premier lieu, dédié aux cheminots, public naturel du CCE, qu’il s’agisse des particuliers, cheminots eux-mêmes ou ayants-droit, ou des institutions qui les représentent : comités d’établissement, associations, syndicats. Mais ma présence à cette tribune aujourd’hui montre que le CCE a l’intention d’élargir son public.

Dans la mesure où le Fonds cheminot est en cours de constitution, on y accède sur rendez-vous, après que le consultant a justifié l’objet et le but de sa recherche. En effet, le traitement bibliographique n’est pas complètement terminé, des aménagements de locaux restent à faire, ainsi que la mise en place d’un personnel spécifique – autant d’obstacles aujourd’hui à son libre accès.

LA SNCF ET LA SECONDE GUERRE MONDIALE DANS LE FONDS CHEMINOT

Je vous ferai grâce des classiques que vous connaissez tous pour n’évoquer que quatre titres, choisis parmi ceux qui ont été les plus largement diffusés dans les bibliothèques sociales, comme en témoigne le nombre d’exemplaires que nous possédons, indice intéressant de la constitution de la mémoire “ cheminote ” de la période.

- Le premier ouvrage s’intitule Les cheminots de France (mars 1952). C’est un classique écrit par C. J. Odic, édité et vendu sous le patronage de Résistance-Fer au profit des familles de cheminots victimes de guerre. Je suis ici Serge Wolikow qui définit Résistance-Fer comme une “ organisation qui se propose de rassembler, après coup, les anciens résistants cheminots. Une initiative qui vient principalement de l’encadrement… ”.

- Un deuxième titre : Strasbourgvoici le baiser de la France (décem­bre 1945), imprimé par les Dernières nouvelles de Strasbourg au profit des familles secourues par le Comité national de solidarité des cheminots.

- Le troisième titre est L’épopée de la 13e demi-brigade de Légion étrangère (juillet 1945), écrit, du moins je le présume, par le lieutenant-colonel de Saint-Hillier, offert par les fonctionnaires et le personnel du Service des approvisionnements de la SNCF en témoignage d’admiration pour la 13demi-brigade de Légion étrangère.

- Enfin, ce dernier titre : La reconstruction des ouvrages d’art du chemin de fer : l’œuvre des services de la SNCF et des entreprises françaises, juillet 1940 – juillet 1942 (1942)3.

Ces quelques exemples donnent à mon sens une idée de ce que la SNCF souhaitait mettre en avant en s’adressant à son personnel : sa solidarité avec les familles victimes de guerre, son admiration et son soutien aux armées alliées, la nécessité de maintenir la mobilisation des cheminots pour la reconstruction de son réseau. Je n’irai pas plus loin dans cette analyse, mais je pense qu’identifier ce que la SNCF donne à lire à son personnel pendant et après guerre pourrait constituer un axe de recherche intéressant. Pour mémoire, c’est en effet en 1940 que les services sociaux de chacune des régions se sont vu confier l’organisation et la responsabilité des bibliothèques sociales.

LES AUTRES ACTIONS MENÉES AU CCE ET DANS LES COMITÉS D’ÉTABLISSEMENT DE LA SNCF CONCERNANT L’HISTOIRE ET LA MÉMOIRE DE LA SECONDE GUERRE MONDIALE

Le thème de ce colloque est un sujet qui intéresse tout particulièrement les comités d’établissement et le CCE. J’en donnerai pour preuve les nombreuses initiatives qu’ils ont prises et les actions qu’ils mènent aujourd’hui encore. Elles ont toutes pour objet de faire entendre la mémoire ouvrière.

Faute de pouvoir les citer toutes, j’en évoque quelques-unes qui, souvent, se sont inscrites dans le cadre du cinquantenaire du débarquement et de la grève insurrectionnelle.

- Je commencerai par l’exposition du CCE Les cheminots face à leur histoire, 1938-1948 : la SNCF à l’épreuve. Fin 1991, le CCE rencontrait le Musée de la Résistance nationale sur le projet d’une exposition qui raconterait la vie des cheminots, de la nationalisation de leur entreprise à l’après-guerre : dix années de tourmente durant lesquelles des travailleurs et une entreprise sont à la fois acteurs et objets d’une histoire.

L’historien Serge Wolikow a été chargé de la conception de l’exposition. Tous les comités d’établissement de la SNCF ont été sollicités pour participer à la collecte des documents et des témoignages. Ceux qui ont été recueillis sont désormais conservés au Musée de la Résistance. Une plaquette reproduisant les panneaux de l’exposition est disponible au Fonds cheminot, de même qu’une cassette vidéo réalisée par Serge Wolikow où interviennent Jean Fumeaux et Robert Hernio (cheminots résistants des ateliers de Vitry et de Juvisy).

- Dans le sillage de cette exposition, le Comité d’établissement de Paris Saint-Lazare, qui avait participé très activement à sa réalisation, publie une plaquette dactylographiée desSouvenirs d’Ernest Lecam dit Néness, cheminot des ateliers de La Folie qui évoque ses années d’apprentissage en 1933-1936 puis les années de guerre. Plusieurs copies de ce témoignage sont conservées au Fonds cheminot.

- De même, en complément de l’exposition du CCE, le Comité d’éta­blissement régional de Nantes a lui aussi publié les souvenirs d’un cheminot, Robert Bernier, qui avait 19 ans en 1944, sous forme d’une plaquette intitulée Doulon, un quartier de Nantes sous les bombes…

– Toujours en liaison avec les travaux engagés au CCE, le Comité d’établissement régional de la région Nord – Pas-de-Calais a développé et continue de développer un projet de longue durée intitulé Mémoire cheminote en Nord – Pas-de-Calais. Un premier volet concerne la décennie 1938-1948 ; il a donné lieu à une exposition, à un ouvrage et à un colloque réuni au Centre des archives du monde du travail de Roubaix en novembre 1995 dont les Actes sont publiés4.

Un second volet concerne la période 1948-1978 et est intitulé De la vapeur à l’électricité.

- Un ouvrage émanant du Comité d’établissement régional de la ré­gion SNCF de Paris-Nord et réalisé par sa commission des retraités est également à signaler : Ombres et lumières : un moment d’histoire des cheminots de Paris-Nord, écrit par Michel Léman.

- Enfin, je terminerai par un projet mené actuellement par le CE PACA (le Comité d’établissement régional de la région SNCF de Marseille) qui porte en partie sur la période 1939-1945. Projet pour l’an 2000 ; les voies de la mémoire,c’est son titre, devrait aboutir en juin 2001, au moment de l’arrivée du TGV Méditerranée en gare de Marseille Saint-Charles. C’est l’occasion pour le CE PACA de partir sur les traces des hommes et des femmes qui ont vécu et contribué à l’histoire du chemin de fer dans la région, des origines à nos jours. L’objectif est, là encore, un travail historique qui associe cheminots et chercheurs et qui donne lieu à une exposition, à l’organisation de débats publics, etc. Un livre reprenant l’essentiel des recherches sera publié, complété par une banque de données sur CD-Rom5.

Pour conclure, vous l’avez compris, le Fonds cheminot peut, dans un avenir assez proche, devenir un lieu de ressources suscitant de nouveaux travaux nous ouvrant à une meilleure connaissance du monde cheminot.

_______________

1. Consultation sur rendez-vous au 01 43 45 54 19.

2. Centre de documentation de la SNCF, 45, rue de Londres, 75379 Paris Cedex 08, ouvert du lundi au vendredi de 8 h 30 à 12 h 15 et de 14 h 15 à 16 h 30, fermeture à 15 h 30 le vendredi. Bibliothèque : 01 53 42 90 05 et 90 11.

3. Voir la bibliographie établie par Georges Ribeill, “ Ouvrages d’art de la SNCF détruits et reconstruits à l’occasion de la Deuxième Guerre mondiale, repères bibliographiques ”, in “ Armées et chemins de fer ”, Revue d’histoire des chemins de fer, 15 (automne 1996), p. 255-263 (N.d.l.R.).

4. Mémoire cheminote en Nord – Pas-de-Calais : cheminots et chemins de fer du Nord (1938-1948), Actes du Colloque organisé à Roubaix les 17 et 18 novembre 1995 par le Comité d’établissement régional de la SNCF, Paris, Éd. Tirésias, 1999, 168 p.

5. Comité d’établissement des cheminots de Provence-Alpes-Côte d’Azur : 19, rue Bénédit, 13001 Marseille. Téléphone : 04 95 04 27 85. Télécopie : 04 95 04 27 21.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search