1.2 Pistes de recherches dans les fonds des Archives nationales et départementales. L’apport du Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale au travers notamment de la collection Durand.

UNE ENTREPRISE PUBLIQUE DANS LA GUERRE : LA SNCF, 1939-1945


Première partie : Quelles archives aujourd’hui pour l’histoire


Patricia Gillet, Isabelle Neuschwander, Christèle Noulet : Pistes de recherches dans les fonds des Archives nationales et départementales. L’apport du Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale au travers notamment de la collection Durand.


Les pistes de recherche dans les différents fonds des Archives nationales et départementales sont présentées ici selon trois axes :

- des éclairages sur les fonds conservés au Centre historique des Archives nationales ;

- un aperçu des différentes sources disponibles aux Archives départementales ;

- une présentation plus approfondie du fonds du Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale et de la collection Durand.


Christèle Noulet

Aperçu des fonds publics conservés aux Archives nationales

Cette description des documents sur l’histoire de la SNCF conservés aux Archives nationales à Paris se limite aux fonds publics de l’administration centrale de l’État. Cela ne signifie pas que les archives privées déposées dans ce même Centre ne peuvent pas intéresser l’histoire des chemins de fer pendant la Seconde Guerre mondiale1.

Les autres centres des Archives nationales disposent également de fonds intéressant l’histoire ferroviaire comme par exemple le Centre des archives du monde du travail, installé à Roubaix, qui mène une politique de collecte d’archives d’entreprises2. Quant au Centre des archives contemporaines à Fontainebleau, il conserve des versements administratifs complémentaires de ceux des Archives nationales à Paris. Ses fonds portent plutôt sur les travaux effectués sur les voies et sur les relations avec les autorités d’occupation3.

Les documents conservés aux Archives nationales à Paris qui traitent de l’histoire ferroviaire pendant la Seconde Guerre mondiale nécessitent un gros travail de dépouillement. Il est, en effet, nécessaire de consulter les dossiers connexes à l’histoire ferroviaire comme par exemple des documents sur les attentats, les convois, la Résistance ou encore les sabotages. Les sources disponibles sur ce sujet sont également dispersées dans plusieurs séries des Archives nationales, d’où la nécessité de dépouiller plusieurs inventaires de fonds d’archives. En dépit de cet éparpillement, on peut distinguer plusieurs angles de recherche : les fonds provenant des institutions issues de l’armistice et les archives allemandes, puis le fonds du secrétariat d’État aux Communications et, enfin, les archives de la police.

LES FONDS PROVENANT DES INSTITUTIONS ISSUES DE L’ARMISTICE ET DES ARCHIVES ALLEMANDES

La Convention d’armistice du 22 juin 1940, dans son article 13, prévoit pour le haut commandement allemand la mise à disposition des “ moyens et des voies de communications de toute nature ”. Il est également stipulé que les infrastructures françaises sont “ à la disposition pleine et entière du chef allemand des transports ”.

Suite à la signature de la Convention d’armistice se sont mises en place plusieurs institutions administratives chargées de sa mise en application. Elles ont ainsi joué un rôle direct dans la politique des transports pendant la Se­conde Guerre mondiale. Il s’agit de la délégation française auprès de la commission allemande d’armistice et de la délégation française auprès de la commission italienne d’armistice. Ces deux délégations étaient assistées de la direction des services de l’armistice, organe d’études et de liaison. Les archives de cette direction et des délégations françaises auprès des commissions allemande et italienne d’armistice sont classées dans la sous-série AJ41.

À ces institutions vient s’ajouter, en 1941, la délégation générale aux relations économiques franco-allemandes qui dépend du secrétariat d’État à l’Économie nationale et aux Finances4 et dont les dossiers ont été versés aux Archives nationales et cotés F 37/1 à 77. Elle est notamment chargée des relations avec la section économique de l’administration militaire en France. Ses attributions recoupent donc celles de la délégation française auprès de la ­commission allemande d’armistice. Les deux fonds sont, par conséquent, ­complémentaires.

Pendant la période de l’Occupation se sont, également, mis en place des services allemands dont les dossiers sont conservés aux Archives nationales à Paris sous la cotation AJ40. Les questions de transport ont été traitées, plus particulièrement, par le commandement militaire allemand en France et par la délégation allemande près de la commission d’armistice.

Même s’ils proviennent de services différents, ces fonds ont été regroupés ici parce qu’ils traitent de thématiques communes avec, tout d’abord, l’exploitation des voies ferrées qui est évoquée sous l’angle de la gestion des horaires ou de la réouverture de voies. Viennent ensuite les travaux à exécuter sur les infrastructures, notamment ceux pour le compte des Allemands, les livraisons et les réquisitions de matériel à destination de l’Allemagne et les différends financiers avec l’Allemagne pour le paiement des transports effectués pour le compte de l’occupant.

ARCHIVES DU SECRÉTARIAT D’ÉTAT AUX COMMUNICATIONS

Le fonds du secrétariat d’État aux Communications coté dans la sous-série F14 au Centre historique des Archives nationales est primordial dans l’histoire du chemin de fer pendant la Seconde Guerre mondiale, en tant qu’archives de l’administration de tutelle de la SNCF. Depuis septembre 1940, trois secrétaires d’État s’y sont succédé : Jean Berthelot de septembre 1940 à 1942 puis un intermède avec Robert Gibrat, d’avril à novembre 1942, et, enfin, à partir de novembre 1942, Jean Bichelonne. Les archives du secrétariat d’État aux Communications se scindent en deux grands groupes : les archives de cabinet et les dossiers techniques.

Le fonds du cabinet porte, en premier lieu, sur la SNCF, en particulier sur ses relations avec les autorités d’occupation. En effet, le cabinet du secrétariat d’État aux Communications s’est intéressé aux négociations des accords et conventions entre la SNCF et les Allemands. Toujours dans le cadre des relations entre la SNCF et les autorités d’occupation, le cabinet essayait aussi de gérer les problèmes de règlements financiers des transports effectués pour le compte des Allemands. Enfin, il tentait de contrôler les prélèvements de matériels et de matières premières opérés par les Allemands sur les stocks de la SNCF.

Outre les relations entre la SNCF et les autorités allemandes, les archives de cabinet sont aussi constituées de dossiers sur les sabotages et bombardements. Enfin, dans ce fonds du cabinet sont également conservés des rapports d’activité de la SNCF pour les années 1940 à 1942 ainsi que des bulletins ­quotidiens.

Les travaux sur les voies ferrées sont abordés dans les dossiers techniques. Ainsi, ont été versés aux Archives nationales les états des destructions opérées pendant la guerre 1939-1940, les dossiers techniques de reconstruction des voies, des gares et ateliers sinistrés, les programmes de travaux et les accords des autorités d’occupation pour l’exécution de ces travaux. Ces dossiers techniques de reconstruction ou de réaménagement sont classés soit par région, soit par réseau. Ils peuvent également porter sur des voies d’intérêt local.

Les dossiers techniques de travaux sont composés de documents d’une typologie très particulière. Aux rapports établis par les ingénieurs sont souvent associés de très beaux plans, dressés par ces mêmes ingénieurs.

Concernant les destructions liées à la Libération et les travaux de reconstruction, il existe des dossiers techniques mais aussi une collection iconographique sur la Reconstruction. En effet, Raoul Dautry, ministre de la Reconstruction et de l’Urbanisme à la Libération, a lancé une vaste campagne de photographies portant sur l’ensemble du territoire français. Les photographes étaient chargés à la fois de prendre des clichés de l’état des destructions mais également de l’état d’avancement des travaux de reconstruction. Ces clichés ont été numérisés et décrits dans une base de données appelée “ Reconstruire la France ”. Dans ce corpus photographique les travaux de reconstruction des gares occupent, notamment, une place non négligeable.

LES ARCHIVES DE LA POLICE

Les archives de la police classées dans la sous-série F7 recèlent aussi des renseignements sur la SNCF et, plus largement, sur l’histoire ferroviaire au travers de plusieurs types de dossiers.

Dans les dossiers d’organisation et de fonctionnement du corps des gardes de communication sont rassemblés des renseignements sur la SNCF. En effet, les gardes de communication étaient chargés de surveiller les voies et les ateliers de l’entreprise. Afin de définir clairement leurs missions, un projet de convention avec la SNCF a été élaboré. Des documents sur les négociations liées à la signature de cette convention sont classés dans les fonds de la police.

Les archives de l’inspection générale des camps sont composées de dossiers non seulement sur les centres d’internement mais aussi sur l’organisation du transfert des internés entre camps et sur l’organisation des convois de déportation vers l’Allemagne. Dans ces dossiers apparaît la délégation technique de la SNCF à Vichy installée à l’hôtel Métropole. Au vu des échanges de correspondances, il semble que cette direction ait été chargée, plus particulièrement, de fixer les horaires de départ et de passage dans les gares des trains ou d’établir la liste des éventuelles gares d’arrêts des convois.

Dans le fonds des Renseignements généraux, il est également possible de glaner des informations sur la SNCF pendant la période de l’Occupation. Les RG avaient, par exemple, rassemblé toute une documentation constituée de notes et d’articles de presse sur le fonctionnement et l’organisation de la SNCF. En outre, dans ce même fonds, les dossiers sur les sabotages et attentats permettent de reconstituer l’histoire de la Résistance dans l’entreprise comme celui sur l’opération montée en gare de Clermont-Ferrand par les Francs-Tireurs.

Enfin, la lecture des inventaires de la sous-série F7 conduit parfois à certaines découvertes comme, par exemple, les registres de main courante du commissariat de la gare du Nord de Paris. Ceux-ci représentent un véritable témoignage sur les événements qui rythment la vie quotidienne d’une gare, à savoir les actes de fraudes, de vols de vélos ou de sacs à main, mais aussi des événements plus particuliers dont quelques passages suivent5 :

Le 27 août 1943 : “ À 21 h 30, à destination de Brême, sont partis travailler 112 ouvriers permissionnaires des usines du Reich. Il y a de nombreuses défections : 600 ouvriers étaient arrivés il y a douze jours. […] Le moral de ces ouvriers était très bas. Ils repartent en croyant que la guerre serait bientôt ­terminée. ”

Le 14 septembre 1943 : “ Un acte de malveillance (rail déboulonné) a été commis sur la ligne Compiègne-Soissons. Un train de troupes a déraillé, obstruant deux voies. ”

Le 17 septembre 1943 : “ À 11 h 45, sont arrivés en gare du Nord, 80 Juifs et Juives venant de Toulouse par train messagerie. Deux wagons voyageurs assuraient le transport sous la surveillance des officiers allemands. Ces Juifs ont pris place dans cinq autocars à destination du camp de Drancy. ”

Au terme de cette description, on peut constater que les pistes de recherches aux Archives nationales, sur l’histoire de la SNCF pendant la Seconde Guerre, sont diverses : services de l’armistice, archives allemandes, secrétariat d’État aux Communications, police. En outre, les dossiers abordent des problématiques multiples comme les relations avec les autorités d’occupation, l’exploitation ferroviaire, les travaux, les prélèvements et réquisitions alle­mandes, la surveillance policière des voies, les sabotages et même la vie quotidienne dans les gares.

Les fonds de la période de la Seconde Guerre mondiale conservés au Centre historique des Archives nationales sont, pour la plupart, librement communicables, soit par arrêtés de dérogation générale6, soit parce que le délai trentenaire est expiré.

Ces fonds sont donc précieux pour toute étude sur la période de l’Occupation, cependant il convient de les compléter par un état des sources conservées dans les Archives départementales.

_______________

1. Par exemple sont déposés, au Centre historique des Archives nationales, les papiers de Raoul Dautry.

2. CAMT, 78, bd du Général-Leclerc, BP 405, 59057 Roubaix Cedex 1. Tél. : 03 20 65 38 00. Sont notamment conservés les fonds de la Compagnie générale de construction de locomotives (170 AQ) et de la Compagnie du chemin de fer du Nord (202 AQ). Site internet : http://www.archivesnationales.culture.gouv.fr

3. Centre des Archives contemporaines, 2, rue des Archives, 77300 Fontainebleau. Tél. : 01 64 31 73 00.

4. Il est important de signaler ici que le ministère de l’Économie, des Finances et de l’Industrie, qui conserve ses propres archives, détient également des fonds susceptibles d’intéresser l’histoire ferroviaire pendant la Seconde Guerre mondiale.

5. Ces passages ont été extraits du registre de main courante du commissariat de la gare du Nord de l’année 1943.

6. Il s’agit principalement de l’arrêté du 11 octobre 1999 paru au Journal officiel du 17 novembre 1999 (p. 17074-17076).


Isabelle Neuschwander

Les fonds départementaux

Cette partie de la communication porte plus spécifiquement sur les fonds d’archives conservés dans les services d’archives départementaux. Elle ne constitue pas un recensement exhaustif des sources locales relatives à l’histoire de la SNCF et du transport ferroviaire durant la Seconde Guerre mondiale mais a pour objet d’offrir au chercheur quelques pistes de recherche à partir de la lecture du guide des sources de la Seconde Guerre mondiale en France et d’exemples précis obligeamment fournis par des collègues des Archives départementales1.

Ainsi que nous avons pu le constater précédemment, dans la mesure où les archives historiques de la SNCF sont conservées dans des services autonomes, les documents conservés dans les services d’archives publics sur ce sujet constituent des sources annexes et éclatées, complémentaires du fonds primordial. Toute recherche devra, par voie de conséquence, être précédée d’un travail de dépouillement précis à travers l’ensemble des fonds relatifs à la Seconde Guerre mondiale conservés dans les services d’Archives départementales. Il est possible cependant d’attirer l’attention des chercheurs sur quelques fonds susceptibles de fournir des sources certes périphériques mais prometteuses : les archives des services de l’État, les archives privées et, en transition avec l’intervention suivante, les archives locales du Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale.

LES FONDS DES SERVICES DE L’ÉTAT DANS LES DÉPARTEMENTS

Ces archives, classées dans la série W, constituent en département le noyau central de toute recherche sur la Seconde Guerre mondiale. Il s’agit tout d’abord des archives provenant des services préfectoraux et, en premier lieu, du cabinet du préfet, des services de police et de gendarmerie et d’administrations très diverses, tels le commissariat à la main-d’œuvre, le commissariat à la reconstruction immobilière, le service de reconstruction s’oc­cupant des dommages de guerre, le service des Ponts et Chaussées… Composées dans la plupart des cas de documents primaires ou de documents préparatoires à l’élaboration de synthèses destinées aux ministères, ces sources locales éclairent de façon remarquable les archives centrales de l’État, tout en étant d’une nature identique. Malgré les diversités locales, la lecture des instruments de recherche fait apparaître quelques thématiques récurrentes : la question de la police de la circulation, la surveillance des agents et la répression de la résistance, les destructions entraînées par les bombardements et sabotages, la réquisition de la main-d’œuvre.

Très connus mais toujours très utiles, les rapports des préfets constituent la première source de recherche. Établis à partir de rapports très détaillés des services administratifs et des sous-préfets, ces rapports traitent de l’état d’esprit de la population, des actes de sabotage, de l’état du trafic, des relations avec les autorités allemandes. Ils offrent des indications générales et des pistes de recherche vers d’autres fonds2.

Dans le domaine de la police de la circulation, les archives préfectorales sont riches de documents relatifs à la gestion des transports : plans d’éva­cuation ferroviaires et routiers, plans de transports, plans de restriction du trafic des voyageurs, cartes de circulation, brochures techniques sur l’état des réseaux, autorisation de circulation des trains…

Au sein des archives préfectorales, les documents relatifs aux destructions causées par les actes de résistance et par les bombardements sont certainement les sources les plus fréquemment rencontrées. Les dossiers concernant ces faits ne sont pas ou très rarement rassemblés dans une collection unique. Ils sont mêlés à la masse des dossiers relatifs aux actes dits de sabotage ou de terrorisme. Cependant, les sabotages de voies ferrées et de centres ferroviaires peuvent constituer, dans certains départements, une proportion notable de ces dossiers en fonction de l’importance du trafic ferroviaire et du niveau d’activité des mouvements ou réseaux de résistance du département. L’intérêt de ce type de documents est majeur, par rapport aux documents centraux de l’État, du fait de leur précision et de leur diversité. Le chercheur pourra parfois être confronté à un dossier complet par acte de sabotage comprenant, par exemple : une note téléphonique de la gendarmerie adressée au préfet pour signaler le sabotage ; un rapport du sous-préfet au préfet ; un rapport de gendarmerie avec croquis du sabotage accompagné parfois de photographies ; un rapport du préfet à la direction générale de la police à Vichy ; des rapports des Renseignements généraux3. La résistance individuelle peut également apparaître au travers d’archives isolées, tels dans la Somme ces documents consacrés en 1941 à l’arrestation du directeur adjoint des Chemins de fer économiques pour détention de tracts anglais4. Les bombardements des voies ferrées par les Alliés et l’ampleur des destructions peuvent également être mesurés au travers de multiples rapports.

Le personnel employé par la SNCF faisant l’objet d’une surveillance étroite, par crainte de la propagande communiste, de nombreux documents se rapportent à ce sujet5 ainsi qu’au corps des gardes de communication. La réquisition de main-d’œuvre, à l’usage de la SNCF ou de l’occupant allemand, constitue également un sujet de préoccupation des autorités préfectorales. Le STO peut apparaître au travers de documents administratifs relatifs au coût de la main-d’œuvre, de demandes d’exemption pour des agents de la SNCF pour des besoins de service, de réquisitions d’ouvriers au profit de la SNCF et de nombreuses réquisitions allemandes. On peut citer par exemple ce dossier dans le département de la Somme concernant l’embauche par la SNCF d’un contingent de jeunes gens destinés à recevoir une formation professionnelle accélérée afin d’être envoyés en Allemagne en 19426.

Pour ce qui concerne la question des déportations, le chercheur pourra parfois trouver, dans les départements dans lesquels étaient situés des camps d’internement, des documents relatifs à l’organisation des convois : correspondances entre les autorités préfectorales et la SNCF, demandes de mise à disposition de wagons ou de places de trains pour des transferts entre camps7. Un recensement exhaustif de ce type de documents serait très vraisemblablement susceptible de faire surgir des sources encore inédites, bien que certainement éparses.

LES FONDS ENTRÉS PAR VOIE EXTRAORDINAIRE

Ce deuxième groupe rassemble les archives entrées dans les services par la voie extraordinaire, à la différence des archives publiques, et émanant principalement des personnes privées. Ces archives constituent des sources historiques précieuses et complémentaires des archives publiques conservées principalement dans la série J des Archives départementales. On ne saurait que trop conseiller aux chercheurs la lecture des inventaires consacrés à celle-ci. Quelques exemples illustreront ce propos :

- aux Archives départementales du Gard, des documents sur l’occupation et la libération du département donnés par un inspecteur de la SNCF, membre du Comité départemental de Libération, chargé en particulier de l’épuration8 ;

– aux Archives départementales de la Nièvre, un récit de particulier racontant la collision entre deux trains de transport de troupes allemandes, le 22 août 19449. Un remarquable fonds photographique relatif aux destructions provoquées par le bombardement de Nevers, lancé le 16 juillet 1944 afin de détruire le centre ferroviaire de Saint-Caize, y est également disponible10 ;

— aux Archives départementales de la Dordogne, une chronologie succincte des faits concernant la SNCF de janvier à août 1944, établie à partir des archives générales de la SNCF11.

Les archives orales conservées dans les services d’archives français ne sont certainement pas à négliger. Le témoignage oral de cheminots constitue par exemple une source documentaire tout à fait remarquable, dont la collecte et la conservation doivent être encouragées. La publication prochaine par les Archives nationales, le Service historique de l’Armée de terre et l’Institut des archives sonores d’un Guide du patrimoine sonore et audiovisuel français devrait offrir une première approche de l’état des collections en France12.

Enfin, il faut consacrer une place à part aux archives locales du Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale, sur lequel Patricia Gillet s’attardera plus longuement. En effet, les correspondants locaux du Comité, qui ont parcouru des masses considérables d’archives, ont souvent déposé soit un double de leur travail, soit leurs documents préparatoires. Ces documents peuvent servir de clés d’accès, notamment aux fonds préfectoraux. À titre d’exemple, on peut citer le fonds du correspondant d’histoire sur la Seconde Guerre mondiale de l’Aisne conservé aux Archives départementales de l’Aisne au sein duquel figurent les fichiers chronologiques des bombardements et mitraillages signalant la date et l’heure des destructions ainsi que l’ampleur des dégâts, des listes de sabotages par réseaux de résistance et par lieux13

Il s’agissait ici de donner un bref aperçu des fonds des Archives départementales et d’encourager les chercheurs à explorer les richesses de leurs fonds. Ils devront veiller cependant à ne pas négliger les autres services d’archives territoriales, notamment les archives communales. Les recherches sur l’histoire de la SNCF durant la Seconde Guerre mondiale peuvent s’y révéler fructueuses dans le cas de communes ayant été le siège de nœuds ferroviaires ou ayant hébergé des centres et installations ferroviaires. On peut également penser que gisent çà et là chez les particuliers des sources méconnues, rares, voire uniques : tracts, photographies, journaux clandestins, témoignages… Il importe d’encourager leurs possesseurs à en assurer la préservation et à mettre en œuvre les conditions de leur exploitation historique.

_______________

1. La Seconde Guerre mondiale. Guide des sources conservées en France, 1939-1945, Paris, Ar­chives nationales, 1994, 1 220 p., pl.
Je voudrais également remercier chaleureusement pour leur aide Frédérique Pilleboue, directeur des AD de l’Aisne, Maïté Etchechoury, directeur des AD de la Dordogne, Alain Venturini, directeur des AD du Gard, Luc Forlives, directeur des AD de l’Indre-et-Loire, Sandrine Cunnac, conservateur aux AD de l’Indre, Martine Salmon-Dalas, directeur des AD du Lot-et-Garonne, et Pascal de Toffoli, Anne-Marie Chagny, directeur des AD de la Nièvre, Florence Charpentier, attachée de conservation aux AD de la Somme.

2. La collection des rapports mensuels des préfets est conservée aux Archives nationales sous la cote F 1cIII 1135-1198 et a été microfilmée. Cette source peut constituer une première approche avant de se tourner vers la collection départementale.

3. Exemple tiré à partir de dossiers conservés aux AD Somme, 26 W 625 (versement du cabinet du préfet).

4. Ibid., AD Somme 26 W 101.

5. Ibid., AD Somme 26 W 55, Surveillance du personnel employé par la SNCF ; AD Indre-et-Loire 120 W 5, Recrutement à la SNCF (versement du cabinet du préfet).

6. Ibid., AD Somme 99 R 333528 (versement du commissariat général de la main-d’œuvre).

7. Ibid., AD Indre-et-Loire 120 W 5, Camp de La Lande (versement de la division de l’administration et de la police générale).

8. AD Gard 93 J 1-7 Fonds Pierre Mazier, 1845-1953.

9. AD Nièvre récit de F. Lechat, 1 J 148.

10. AD Nièvre, Album Bélile.

11. AD Dordogne 14 J 4.

12. On peut signaler, à titre d’information, la collection de témoignages oraux constituée par le Conseil régional de Picardie sous le titre Mémoire vivante de Picardie, déposée aux AD Somme.

13. AD Aisne, archives de M. Berthiault, correspondant du Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale, J 1433-1461 et notamment J 1459-1462, fichier chronologique des bombardements et mitraillages, et J 1461, fichier chronologique de la Résistance.


Patricia Gillet

L’apport des archives du Comité d’histoire de la Deuxième Guerre  Mondiale à l’histoire de la SNCF

Le Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale est né en dé­cembre 1951 de la fusion de la Commission d’histoire de l’Occupation et de la Libération de la France et du Comité d’histoire de la Guerre, créés respectivement en octobre 1944 et en juin 1945 pour préserver la mémoire d’un conflit tout juste éteint. Rattaché à la présidence du Conseil et doté d’un important réseau de correspondants en province, ce nouvel organisme était principalement chargé de susciter des témoignages sur divers aspects de la Résistance et de l’Occupation, tout en coordonnant nombre d’enquêtes et de publications sur la Seconde Guerre mondiale. Il avait aussi vocation à devenir le réceptacle des archives personnelles des acteurs de la période. Lorsqu’il fut dissous en 1980, tous les fruits de cette collecte multiforme furent dévolus aux Archives nationales, constituant la matrice de la série 72 AJ qui n’a cessé, depuis lors, de s’enrichir de précieux papiers privés sur les années 1939-1945.

Ce fonds offre des perspectives prometteuses pour retracer l’histoire du monde ferroviaire et la place d’honneur revient à cet égard à la collection pionnière rassemblée par l’inspecteur général honoraire de la SNCF Paul Durand, auteur en 1968 d’une histoire de “ la SNCF pendant la guerre ”1. Les matériaux destinés à nourrir cette étude, loin d’être tous exploités, ont rejoint dès 1971 les archives du Comité2, au sein desquelles ils forment un ensemble librement consultable de trente-six cartons3. Pour en mesurer la valeur avant d’en souligner les thématiques essentielles, il n’est pas indifférent de voir à quelles sources l’historien a puisé sa documentation.

En premier lieu, il n’a pas manqué de recourir largement aux archives de l’entreprise publique, mettant à profit sa qualité d’ancien de la SNCF, personnellement mandaté par le président Louis Armand, pour s’approprier quantité de pièces ou du moins en prendre copie.

Les documents directement recueillis sont de quatre ordres. Si la proportion d’originaux est faible, certains méritent l’intérêt, tel un registre de la division du Mouvement recensant les localités bombardées ou mitraillées d’août 1941 à septembre 19444. Il en va de même d’une collection de rapports journaliers des gares de la Région Ouest entre juillet et septembre 1944 et du “ livre de rapport ” du PC de l’arrondissement de Paris-Montparnasse où, au milieu des menus faits quotidiens, enregistrés de mai 1944 à septembre 1945, parvient l’écho des bombardements dans les départements de l’Ouest5. D’autres pièces empruntées à la SNCF sont des minutes issues de services bien identifiés, par exemple les rapports moraux annuels du Service central des Installations fixes6 pour les exercices 1939 à 1945 ou les rapports du Service central du Mouvement sur la situation quotidienne à 0 heure, de juillet 1940 à avril 1942 et en août 19447. Par ailleurs, Paul Durand a pu disposer des dossiers de travail de divers responsables : M. Marois, chef adjoint du Service commercial et chef de la délégation spéciale de la SNCF auprès de la HVD8, a ainsi laissé des rapports sur les tournées d’inspection qui l’ont conduit pendant l’été 1940 dans des gares situées sur la ligne de démarcation puis dans la région bordelaise, en compagnie du Dr Schäffer, membre du Service économique du Palais-Bourbon. On lui doit également des comptes rendus de réunions à la HVD de Paris et des mémentos d’entretiens avec l’adjoint au président de la HVD, l’Abteilung-Präsident Kukielka, en 19449. Quant à M. Leduc, ingénieur en chef du Service des Installations fixes et représentant de la Voie et des Bâtiments à la délégation auprès de la HVD, il a fourni les comptes rendus sommaires journaliers de l’agent de liaison SNCF-HVD, M. Halsdorf, de février à août 1944, ainsi que des notes sur ses propres tournées pour la remise en état des installations à la fin de la guerre. À cet ensemble se rattachent les papiers communiqués par l’ingénieur Brasseur, relatifs notamment à l’armistice italien ou aux attributions respectives de la SNCF et des autorités allemandes10. Quatrième composante enfin des ar­chives récupérées auprès de la SNCF, les résultats de deux enquêtes menées successivement, en 1948-1949 et en 1957, par le Service de la Voie et des Bâtiments de la direction Sud-Est, sur les “ Événements survenus au cours des hostilités 1939-1945 ”, essentiellement constitués de rapports classés par arrondissements11.

Outre ces matériaux bruts, on rencontre en abondance dans la collection des copies de documents provenant de la SNCF, transcriptions toujours dactylographiées “ en forme ” et portant l’en-tête des services. Certaines ont été visiblement extraites des archives de l’entreprise, comme en témoignent les cotes internes qui y ont été soigneusement reportées. C’est le cas, par exemple, de procès-verbaux de conférences et d’entretiens avec les autorités allemandes, de notes du directeur général Le Besnerais Robert ou de lettres du ministre Jean Bichelonne. Ces copies sont souvent précédées d’une note circonstanciée faisant la synthèse de l’ensemble du dossier dépouillé sous une cote donnée. D’autres ont peut-être été collationnées auprès des services eux-mêmes, tels les ex­traits des rapports semestriels des directions régionales ou les “ relevés d’accidents, incidents et bombardements survenus dans les gares de toutes les régions SNCF ”, de mai à octobre 1944, émanant du Service central du Mouvement12.

Mais Paul Durand, non content d’avoir réuni un corpus aussi vaste de documents “ SNCF ”, a élargi le champ de ses investigations. Il a d’abord réalisé, sous les auspices du Comité d’histoire, une intéressante enquête sur le rôle des cheminots pendant la guerre, récoltant environ deux cents témoignages écrits13. Aidé par ce même Comité dans ses recherches14, il s’est ensuite adressé aux pourvoyeurs naturels de renseignements que sont les services d’Archives départementales15. Enfin, la moisson a été complétée par un important ensemble de documents remis par M. Sherrington. Cet officier britannique occupait les fonctions de secrétaire général du Railway Research Service, organisme chargé de rassembler des informations sur les transports en pays ennemi, et Paul Durand a reçu par son entremise quelques originaux et de nombreuses reproductions photographiques, où les dépêches de service, les horaires et les livrets de marche des trains côtoient les rapports journaliers, les instructions sur l’utilisation du matériel et les états de trafic16.

La matière première ainsi dévoilée suscite principalement deux axes de recherche.

Le premier, qui s’appuie sur la partie la plus fournie de la collection Durand, et la plus susceptible d’être encore exploitée, concerne dans l’acception la plus large la vie de la SNCF pendant la Seconde Guerre mondiale et, plus particulièrement, les conditions d’exploitation du réseau et les relations entretenues avec les autorités d’occupation. Cette thématique, qui résulte avant tout de la collecte de documents entreprise directement auprès de la SNCF et représente près des deux tiers de la collection, se trouve illustrée de bien des manières. Les contacts avec les homologues allemands, WVD17, HVD et EBD18, retiennent évidemment l’attention, tandis que l’accent est mis sur les réquisitions, les livraisons de matériel à l’Allemagne et le paiement des travaux effectués à la demande des troupes d’occupation. On n’aurait garde par ailleurs de négliger les éclairages suggérés sur l’exploitation de l’ancien réseau d’Alsace-Lorraine ou la situation à la ligne de démarcation, sur les conséquences des bombardements ou encore sur les questions liées au personnel, qu’il s’agisse du statut des Juifs, du STO, des détachements d’agents auprès de la     ou des arrestations effectuées par les autorités allemandes19.

Le deuxième apport, moins essentiel, a trait à la perception qu’ont eue les cheminots aussi bien du conflit que de leur propre implication dans les événements. Le corpus de témoignages recueilli par Paul Durand est à ce titre assez significatif : les combats de 1940, la campagne des Flandres et le repliement des services ont frappé les esprits, tout comme les premiers bombardements de gares ; le rôle des différents corps de métier et, en premier lieu, celui des mécaniciens, est mis en valeur ; la Résistance enfin a sa part, au travers de récits sur le groupe Commandant Raynal et le réseau Zéro-France ou l’aide fournie aux déportés lors des convois. Une allusion à l’organisation de l’évasion d’enfants juifs en gare de Fives20 en septembre 1942 se glisse ainsi entre les lignes21.

La variété du panorama et l’ampleur des ressources mises à contribution justifient à elles seules le sort particulier fait ici à l’entreprise de Paul Durand. Elles ne sauraient pour autant faire oublier les pistes complémentaires proposées par le fonds 72 AJ, centrées sur deux aspects récurrents.

L’exploitation du réseau ferré en temps de guerre et d’occupation trouve une résonance singulière dans les archives privées de Jean Berthelot22, secrétaire d’État aux Communications de septembre 1940 à avril 1942, et de Jean Bichelonne23, ministre à la Production industrielle à partir de février 1942 et secrétaire d’État aux Communications de novembre 1942 à août 1944. Au fil de leurs dossiers, des notes et des rapports sur le régime financier de la SNCF ou la pénurie d’effectifs et de matériel voisinent avec des procès-verbaux du Conseil général des transports24 ; quant aux mémentos et aux documents de travail sur les conférences à la HVD25, ils font des papiers Bichelonne une source de premier ordre pour l’étude des rapports franco-allemands dans le domaine ferroviaire, de février 1943 à juin 1944.

Toutefois, c’est du côté de la Résistance que se situent les gisements les plus abondants.

Dans la sous-partie de la série 72 AJ consacrée aux mouvements et réseaux26 figure tout d’abord, sous l’appellation fallacieuse de “ Résistance-Fer (SNCF) ”, un ensemble de pièces générales et de témoignages de résistants se présentant comme un condensé de la collection Durand27. Des relevés des actes de sabotage ont été placés en tête des dossiers départementaux28 et on dispose même, pour le département de la Drôme, d’une documentation plus étoffée, relative aux bombardements, aux attentats et aux sabotages, provenant des Services de l’Exploitation de la Région Sud-Est de la SNCF et comportant des originaux29.

Le fichier “ Chronologie de la Résistance ”30 peut également constituer un point d’appui. Pour le réaliser, les correspondants et les collaborateurs du Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale ont consulté, à Paris, les archives du BCRA31, de la SNCF, les dossiers d’homologation des FFI ainsi que des documents allemands, britanniques et américains. En province, ils ont utilisé les archives des cabinets des préfets, des brigades de gendarmerie, des cours de justice et de municipalités importantes, sans négliger le recours à des enquêtes orales et la lecture de la presse locale32. Comprenant environ 165 000 fiches, il s’étend de février 1940 à septembre 1947, évoquant aussi la répression à la Libération. Son intérêt pour l’étude des faits de résistance, même les plus ténus, ne fait aucun doute, mais son mode de classement par jour, puis par département, rend son exploitation peu aisée. À moins d’un dépouillement exhaustif, on ne peut guère en effet y rechercher que la confirmation d’épisodes déjà connus : incidents sur les voies, transports de troupes ou arrestations.

Enfin, plusieurs fonds privés éclairent les multiples facettes de la vie clandestine. Sur les activités de renseignement, les archives du réseau Marco comportent, outre de classiques rapports sur les mouvements ferroviaires de juin à août 1944, d’éloquents croquis destinés à faciliter les sabotages dans la gare de Besançon, qui font percevoir plus concrètement la substance des informations transmises à Londres33. Sur la préparation du Plan vert, les papiers Deval et Combaux34 proposent, à côté des minutes du “ courrier départ ” du Bloc Planning, les études nos 3 et 5 du BCRA concernant le front ferroviaire35. Quant à l’Association Résistance-Fer, elle a déposé rue des Francs-Bourgeois, en mai 2000, ses archives historiques36, parmi lesquelles se signalent, outre des fiches de déportés et de fusillés, les procès-verbaux des réunions hebdoma­daires du Bureau d’action immédiate37 à partir d’octobre 194438.

Ainsi, au terme de ce florilège succinct, la série 72 AJ, stratification empirique de pièces originales, de documents de travail, de témoignages et de papiers personnels, apparaît sans conteste comme un terrain propice aux investigations. Cet encourageant constat se teinte néanmoins de regret, si l’on songe que ces richesses n’ont été jusqu’à ce jour explorées que de façon incidente et ponctuelle, alors même que la diversité de leur thématique en fait le matériau idéal pour amorcer une étude globale et “ planter le décor ”, avant d’aller s’alimenter aux autres sources, publiques et privées, de l’histoire des chemins de fer en guerre.

_______________

1. Paul Durand, La SNCF pendant la guerre. Sa résistance à l’occupant, préface de Louis Armand, Paris, PUF, coll. “ Esprit de la Résistance ”, 1968, 666 p.

2. Le Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale, instigateur de ces recherches, dont il avait soumis le principe au président de la SNCF, Louis Armand, était tout naturellement désigné pour en recueillir les résultats.

3. CHAN, 72 AJ 473-508.

4. CHAN, 72 AJ 490. À titre d’exemple, à la date du 20 mai 1942, à Saint-Nazaire : “ Au cours du bombardement aérien de la ligne de Saint-Nazaire au Croisic, nuit du 19 au 20, la ligne Saint-Nazaire et Saint-André-des-Eaux a été coupée à la gare ouest de Saint-Nazaire ; 4 voies de garage coupées, maisonnette du PN 382 a été écrasée, 3 personnes tuées ” et, le 19 juin 1943, à Motteville : “ À 11 h 50, mitraillade et bombardement. Près poste 82 bombe non explosée. 1 avion abattu sur groupes maisons des cheminots. 1 agent Expl[oitation] légèrement blessé et chauffeur Vuvie du dépôt de Mottev[ille] mort enseveli sous sa maison. ”

5. CHAN, 72 AJ 489-490. D’autres originaux peuvent être signalés, ainsi une collection de dépêches télégraphiques et de rapports spéciaux sur les bombardements, de mai 1940 à novembre 1943, et des documents allemands relatifs à la remise en état des voies, d’avril à juin 1944 (72 AJ 487-488). On dispose également de trois rôles du personnel de l’Ex­ploitation de la Région Sud-Ouest (72 AJ 502).

6. CHAN, 72 AJ 478. Ces documents, qui portent des cotes internes, se trouvaient sans doute déjà dans les archives de la SNCF proprement dites lorsque Paul Durand s’en est emparé.

7. CHAN, 72 AJ 479-482.

8. Haupt Verkehrs Direktion.

9. CHAN, 72 AJ 491.

10. CHAN, 72 AJ 492 et 499.

11. CHAN, 72 AJ 500.

12. CHAN, 72 AJ 474-477 et 483-485.

13. CHAN, 72 AJ 473, 495-498.

14. Paul Durand a pu ainsi recueillir des documents sur les attentats et les coupures de voies dans le Gard (72 AJ 485), et sur les immobilisations de locomotives et les combustibles (72 AJ 494).

15. Les Archives départementales de l’Aube lui ont par exemple fourni un relevé des sabotages et bombardements dans le département en 1944 (72 AJ 485).

16. CHAN, 72 AJ 504-508.

17. Wehrmacht Verkehrs Direktion.

18. Eisenbahn Betriebs Direktionen.

19. CHAN, 72 AJ 474-477, 483-494, 498 et 508.

20. Département du Nord.

21. CHAN, 72 AJ 473 et 495-498.

22. CHAN, 72 AJ 414-420.

23. CHAN, 72 AJ 1926-1931.

24. CHAN, 72 AJ 414-415 et 419. À signaler également, les réponses à l’enquête de l’ingénieur en chef des Ponts et Chaussées Chary sur les destructions d’ouvrages d’art de 1939 à 1945 (72 AJ 416-417).

25. CHAN, 72 AJ 1927. On trouve, dans le même dossier, des éléments sur les relations entretenues avec les autorités italiennes.

26. CHAN, 72 AJ 35-89.

27. CHAN, 72 AJ 74-75.

28. CHAN, 72 AJ 90-209. Il s’agit de “ relevés des faits de résistance dans des documents allemands ” ou de “ relevés des faits de résistance tirés du journal FTPF France d’abord ”.

29. CHAN, 72 AJ 120, dossier A III.

30. CHAN, 72 AJ non coté.

31. Bureau central de renseignements et d’action. Les archives du BCRA, conservées aux Archives nationales dans la série 3 AG 2, sont une source incontournable pour l’histoire de la SNCF.

32. Seul écueil, ces sources sont souvent indiquées sur les fiches de façon assez laconique, ce qui rend leur identification précise, et donc leur utilisation ultérieure, très aléatoires.

33. CHAN, 72 AJ 2203.

34. Membres du Bloc Planning du BCRA. Ce service, devenu la Section technique de l’EMFFI, était notamment chargé du contrôle du choix des destructions, bombardements et sabotages qui, s’ils atteignaient le potentiel de l’ennemi, pouvaient porter préjudice à la reprise de la vie économique après la Libération. Il avait aussi pour mission de parer aux destructions que les Allemands envisageraient d’opérer à leur départ.

35. CHAN, 72 AJ 467 et 469. L’étude no 3 concerne “ La Résistance française dans son action sur les transports ferrés stratégiques ennemis ”, et l’étude no 5, “ L’action sur les plaques tournantes et engins de levage de la SNCF ”.

36. CHAN, 72 AJ non coté.

37. Les procès-verbaux de ce Bureau, embryon de Résistance-Fer, font entre autres mention des premières mesures d’épuration intervenues au sein de la SNCF. On trouve également dans ce fonds les registres de procès-verbaux des assemblées générales et des comités directeurs de Résistance-Fer, de janvier 1945 à mai 1997. 38. À signaler également, les fonds privés de Jean Gemähling (Mouvements unis de Résistance : sabotages, Résistance-Fer, 72 AJ 518) et de Roger Lévy (Mission interalliée “ Union ” en Savoie de juin à août 1944 : chemins de fer, 72 AJ 545), ainsi que les papiers de l’Organisation des fonctionnaires résistants (Relations avec Résistance-Fer, 72 AJ 1933).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search