1.1 Les archives historiques de la SNCF

UNE ENTREPRISE PUBLIQUE DANS LA GUERRE : LA SNCF, 1939-1945


Première partie : Quelles archives aujourd’hui pour l’histoire



Jean-Michel Rat : Les archives historiques de la SNCF

Comme l’a déclaré le président Gallois, la SNCF a engagé depuis plus d’une dizaine d’années une véritable politique d’archivage général concernant l’ensemble de la fonction documentaire et de l’entreprise, qui comprend la constitution de son fonds d’archives historiques.

C’est ainsi que, à la fin des années 1980, la SNCF avait décidé de recruter une archiviste venue de la direction des Archives de France. Sous l’impulsion de M. Jacques Fournier, alors président de la SNCF, l’objectif affiché était une totale refonte du système d’archivage et la mise en œuvre de mesures concrètes qui permettent d’organiser et de rationaliser le traitement des archives de la SNCF, de leur production à leur collecte et de leur traitement à leur communication au public.

Au début des années 1990, un important travail d’inventaires a été entrepris avec l’aide d’un réseau de “ correspondants archives ” nommément désignés dans les différents services de l’entreprise.

Au cours de cette décennie, la SNCF a ouvert trois centres d’archives répartis sur le territoire national. Il s’agit, à ce jour, du Centre d’archives intermédiaires de Villeneuve-Prairie, ouvert en 1993, qui est, comme sa fonction l’indique, réservé à l’entreprise ; du Centre d’archives historiques de la SNCF au Mans, ouvert en 1995 ; et du Centre d’archives “ multirégional ” de Béziers, ouvert en 1998. Ces deux derniers établissements sont ouverts au public1.

En ce qui concerne les archives historiques, qui ne sont donc qu’une partie de l’ensemble, le travail réalisé a notamment consisté, depuis 1995, à opérer le transfert, progressif et systématique, des archives à caractère historique réparties dans l’entreprise vers le Centre du Mans. Ces transferts concernent donc aussi les archives relatives à la période 1939-1945.

Le travail accompli durant ces quelques années est déjà significatif. Il reste pourtant, nous le savons, insuffisant car les opérations de collecte sont très variables en qualité selon les services versant leurs documents d’archives. La taille de l’entreprise et le territoire qu’elle couvre expliquent la quantité de documents produits ou reçus et l’arriéré constaté nécessite temps et moyens pour un traitement complet et satisfaisant des archives auquel nous consacrons nos efforts.

Les archives de toute nature déjà rassemblées au Mans et, donc, suscep­tibles d’être ouvertes aux chercheurs représentent, néanmoins, à ce jour, un fonds de près de 13 000 m linéaires. Ce volume comprend 6 000 m linéaires d’archives en rayonnage, dont environ 600 m linéaires concernent les dix premières années de la SNCF – 1938-1948 – et l’équivalent de 3 000 m linéaires sur palettes, en cours de traitement ; le reste est notamment constitué de plans du matériel ferroviaire, d’affiches ferroviaires et d’une bibliothèque historique. Le fonds spécifique à la période 1939-1945 représente, à ce jour, environ 400 m linéaires. Si l’on prend en compte ce que l’on s’attend à recevoir des entités régionales de la SNCF, ce chiffre pourrait tripler à terme. Mais il est encore trop tôt pour évaluer le volume final des archives concernant précisément la Seconde Guerre mondiale, l’opération de collecte n’étant pas terminée.

Afin de mener à bien ce travail sur les archives historiques et, donc, sur les archives de la Seconde Guerre mondiale, la SNCF a recruté une archiviste, Laurence Petit.

Après un premier repérage des archives produites et reçues par la SNCF entre 1938 et 1948 et existant dans l’entreprise, Laurence Petit a élaboré l’état sommaire des fonds qu’elle va exposer. Trois autres personnes sont sur le point de la rejoindre.

Le programme de traitement que je viens d’évoquer comprend, bien entendu, outre la collecte, l’analyse des fonds rassemblés.

Le traitement des archives concernant les dix premières années de la SNCF est prioritaire dans ce programme. Cependant, le traitement de ce fonds, qui est donc, pour l’instant, de 600 m linéaires, n’est pas dissociable du traitement global de toutes les archives historiques de l’entreprise.

La SNCF se fixe pour objectifs à cet égard la constitution d’un fonds organisé d’archives historiques, la connaissance de ce fonds et l’élaboration d’outils de recherche permettant de le rendre accessible à un nombre de chercheurs toujours plus grand.

Il s’agit, d’abord, d’élaborer un cadre de traitement des archives en général. Ce travail fait partie des missions de Laurence Petit. Suivront, bien entendu, l’identification, le reclassement et l’indexation informatique.

Au fur et à mesure de leur rédaction, les inventaires détaillés des fonds les plus importants, dont ceux relatifs aux archives de la Seconde Guerre mondiale, seront systématiquement diffusés.

Ces fonds sont et seront mis à la disposition des chercheurs, en fonction, bien entendu, des capacités d’accueil du Centre d’archives historiques du Mans.

Des moyens spécifiques sont mis en place pour réaliser ces objectifs.

Pour commencer, les capacités d’accueil du Centre d’archives historiques sont constamment étendues. La capacité d’archivage sera portée, au début de l’automne 2000, de 20 000 à 28 000 m linéaires par la construction d’un bâtiment neuf, permettant d’accueillir les archives qui doivent revenir au Mans. De son côté, l’effectif en personnel a été, comme nous l’avons dit, augmenté.

Cet effort de l’entreprise sera poursuivi très largement au-delà du colloque.

Où sommes-nous parvenus aujourd’hui ?

UN CONSTAT À LA FOIS HEUREUX ET DÉROUTANT

Nous pouvons d’abord faire un constat heureux, parce qu’on ne peut que se féliciter de l’accroissement de la capacité d’accueil du Centre d’archives du Mans et de l’arrivée d’une équipe spécialement mise en place pour travailler, dans une première étape, sur la période 1938-1948, en raison ensuite de la dynamique de collecte actuellement mise en œuvre, qui concerne un fonds ou, plutôt, des fonds dont le volume est considérable.

Ce constat peut aussi être déroutant, d’abord parce que la dispersion des documents d’archives montre qu’il reste un long chemin à parcourir. Des archives sont encore conservées dans des locaux de toute nature, non acces­sibles au public, répartis sur l’ensemble du territoire national couvert par la SNCF. C’est ainsi, par exemple, que des archives des anciennes compagnies, comme le PLM, se trouvent dans les différentes entités administratives SNCF traversées par le réseau de ces anciennes compagnies. Il ne s’agit, bien entendu, que des archives des anciennes compagnies demeurées à la SNCF après le versement des plus importantes, les archives organiques, au Centre des archives du monde du travail des Archives nationales où chacun peut les consulter2.

Ensuite, il ne faut pas s’attendre à la reconstitution d’un fonds historique exhaustif. La constitution d’un fonds historique reflétant exactement l’activité de la SNCF pendant soixante ans est et restera un idéal. Comme chacun le sait, les multiples aléas survenus depuis la création de l’entreprise en 1938 ont marqué la conservation des archives, si bien que le fonds que nous avons jusqu’ici constitué est relativement disparate, les séries pouvant être discontinues.

Par ailleurs, l’état des versements est, nous l’avons dit, variable. Les archives parviennent au Mans, dans le meilleur des cas, correctement conditionnées et identifiées. Dans le pire des cas, le Centre reçoit des cartons de 1 m3 de vrac qui demandent impérativement à être inventoriés avant que leur communication puisse être envisagée.

Nous sommes néanmoins parvenus, à ce jour, à établir un état des lieux qui détermine notre programme de travail général. Laurence Petit va vous présenter les premiers résultats de ses recherches sur le fonds d’archives afférent à la Deuxième Guerre mondiale actuellement disponible selon des modalités de consultation qu’elle va également exposer.

CONCLUSION

Je conclus mon intervention en affirmant que c’est bien la volonté de la SNCF de conserver ses archives pour constituer un fonds historique quelles que soient, par ailleurs, les obligations légales et réglementaires auxquelles elle est soumise en tant qu’organisme public. C’est cette volonté qui nous anime, dans le souci de préserver, d’enrichir et de mettre en valeur le patrimoine de l’entreprise, en l’ouvrant le plus largement possible aux chercheurs.

L’ouverture progressive des fonds d’archives du Mans se poursuit de­puis 1996. Elle continuera, comme nous l’avons dit, au rythme du traitement des fonds et de la publication de leurs inventaires.

Cependant, il faut bien comprendre que le temps nécessaire au traitement global des seules archives historiques présentes au Mans, même avec les nouveaux moyens dont nous disposons, se compte, aujourd’hui, en années ; cependant, l’inventaire du fonds concernant la Deuxième Guerre mondiale actuellement au Mans (sans compter, donc, les archives susceptibles de revenir vers le Centre dans les mois qui viennent), sera complètement terminé avant un an. Bien entendu, les chercheurs s’intéressant à cette période qui le souhaitent seront accueillis au Centre dès la rentrée 2000.

_______________

1. Centre d’archives historiques de la SNCF : 2, avenue de Bretagne, 72100 Le Mans. Téléphone : 02 43 21 74 65. Télécopie : 02 43 21 74 86. Courrier électronique : christian.biard@sncf.fr ; Centre d’archives multirégional de la SNCF, av. Lieutenant-Pasquet, cour SERNAM, 34500 Béziers. Tél. : 04 67 49 61 35.
2. CAMT, 78, bd du Général-Leclerc, BP 405, 59057 Roubaix Cedex 1. Tél. : 03 20 65 38 00. Sont notamment conservés les fonds de la Compagnie générale de construction de locomotives (170 AQ) et de la Compagnie du chemin de fer du Nord (202 AQ) (voir p. 27-28). Site internet : http://www.archivesnationales.culture.gouv.fr


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search