Le massacre d’Ascq, avril 1944

Funérailles des massacrés d’Ascq le 5 avril 1944, domaine public.

Dans la nuit du 1er au 2 avril 1944, Paul Delécluse, employé aux ateliers ferroviaires d’Ascq et son groupe, sabotent la voie ferrée non loin de la gare d’Ascq. Cette action, qui ne cause que des dégâts minimes – quelques wagons déraillés – arrête un des 61 trains du TCO Feuerfeder, chargé de transporter la 12e SS-Panzer-Division HitlerJugend vers la Normandie. À son bord, des éléments du bataillon blindé de reconnaissance, encadrés par des officiers venus du front de l’Est.

Leur chef leur fait aussitôt ratisser tout le village et ramener des dizaines de civils, qui sont massacrés, en plusieurs vagues, près de la voie ferrée. Pour justifier ce massacre, les autorités allemandes font publier un avis – que personne ne croira et que plusieurs journaux régionaux refusent de publier – selon lequel « des coups de feu partant des maisons de la localité ont été tirés sur un train militaire ».

On dénombre au total 86 victimes dont 22 employés de la SNCF, en poste à la gare ou raflés comme les autres à leur domicile. En réaction, le lundi 3 avril, des arrêts de travail surviennent aux ateliers d’Hellemmes et au dépôt de Lille-Délivrance. En région parisienne, la presse clandestine appelle les travailleurs du rail à cesser le travail, le 4 avril de 15 heures à 16 heures, mot d’ordre suivi surtout sur le réseau nord : dépôt parisien de La Chapelle, ateliers du Landy à Saint-Denis, dépôts des machines de Bobigny et de La Plaine-Saint-Denis, Persan.

Le mouvement de résistance Front national appelle par tracts la population du Nord à cesser le travail le 5 et à venir assister aux obsèques. Près de 20 000 seront présentes aux funérailles des 86 victimes et selon un rapport officiel concernant 38 usines de la région lilloise comptant 38 000 ouvriers, 1 535 sont absents ce jour-là, et 7 177 cessent le travail de 11 h 30 à 12 heures dont 1 600 aux ateliers d’Hellemmes. On estime qu’au total plus de 60 000 personnes ont fait grève en cette journée. Sur les ondes de la BBC, Maurice Schumann lit, le 12 mai, les noms des 22 cheminots tués et appelle les employés de la SNCF à venger les morts d’Ascq. Paul Delécluse et son équipe sont arrêtés en mai 1944, condamnés à mort et fusillés le 7 juin au fort de Seclin.

Cette année 2024 marque les 80 ans de ce massacre. A cette occasion, Rails & histoire vous propose de découvrir ci-dessous une brochure, intitulée “Le crime des SS Nazis à Ascq le 1er Avril 1944 – La vérité sur cette monstruosité”, écrite par Edouard Catel, rédacteur à La Croix du Nord.

Pour ne jamais oublier, la ville d’Ascq a créé un Mémorial sur ce tragique événement, dont voici aussi la brochure ci-dessous :



Citer ce billet
Cécile Hochard (2024, 27 mars). Le massacre d’Ascq, avril 1944. Chemins de fer et Deuxième Guerre mondiale. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w497

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search