4.4 Les cheminots, la SNCF et la Seconde Guerre mondiale, 1945-2000

UNE ENTREPRISE PUBLIQUE DANS LA GUERRE : LA SNCF, 1939-1945


Quatrième partie : La résistance ferroviaire – Souvenir, mémoire et représentations


Christian Chevandier – Les cheminots, la SNCF et la Seconde Guerre mondiale, 1945-2000

LA MÉMOIRE CHEMINOTE DE LA GUERRE

Lorsque, hors de la SNCF, est évoqué le passé résistant de la corporation cheminote, personne n’est surpris, un peu comme si cela allait de soi, comme si chacun était au courant. Ainsi que l’écrit Gilles Perrault : “ Au cours des décennies précédentes, la corporation était […] considérée comme incarnant, mieux qu’aucune autre, l’esprit de résistance1. ” Certes, d’autres groupes professionnels veulent se percevoir comme résistants. Les policiers parisiens doivent à l’insurrection d’août 1944 leur fourragère rouge, le personnel hospitalier accorde une réelle importance à ses monuments aux morts et les universitaires, par leurs références à Marc Bloch, lui rendent un hommage qui associe le souvenir du grand scientifique et la vénération du grand patriote. Mais de telles dévotions demeurent au sein du groupe et, lorsque Jean-Paul Bailly, président-directeur général de la RATP, commence son intervention lors d’une émission de télévision consacrée au centenaire du métro parisien par : “ Il faut se souvenir que les agents de la RATP, du métro en particulier, ont été de grands résistants ”2, sa prestation, si elle n’est à usage interne, sonne un peu faux.

La corporation cheminote est perçue comme résistante. Un inventaire des documents mettant en avant ce caractère serait fastidieux et n’atteindrait que malaisément l’exhaustivité3. Les déraillements, notamment dans le contexte de la Libération, ont ancré par leur caractère spectaculaire cette perception4. L’intertextualité doit placer la sortie et le succès de La bataille du rail dans la mise en avant de scènes ferroviaires de la Résistance. Il faudrait très finement périodiser l’usage des images de train dans la représentation du combat patriote et antinazi. Les cheminots se sont quelque peu approprié les catastrophes ferroviaires de la guerre5 tandis que les trains déraillés ou les locomotives broyées semblent avoir, par leur sacrifice, permis aux travailleurs des chemins de fer d’accéder au prestige d’une corporation héroïque. Nombreux sont les éléments qui construisent et relayent la mémoire de la Résistance cheminote. Par les monuments aux morts et plaques commémoratives dans les lieux ferroviaires souvent accessibles au public, en des cérémonies dont les participants insistent sur leur caractère édifiant, l’espace de la commémoration est bâtisseur tout autant que lieu de mémoire. Ils ont ainsi pu devenir objets de parodie : en 1996, des cheminots de la gare de Lyon ont “ inauguré ” lors d’une cérémonie un monument à la grève de 1995.

Nous savons que la fiction, le roman et le film ont été des étapes de la construction dans la nation de cette image de corporation résistante. La bataille du rail est bien sûr déterminante : “ En évoquant comme sujet l’entité cheminote et non plus les seuls combattants de Résistance-Fer, le texte transférait sur l’ensemble du personnel de la SNCF la légitimité et le prestige acquis par quelques-uns6. ” Je ne développerai pas ce point auquel une longue bibliographie est consacrée. La bataille du rail est le film le plus cité dans la thèse de Michel Ionascu sur l’image des cheminots dans le cinéma et l’audiovisuel7, mais aussi dans celle de Sylvie Lindeperg sur la Seconde Guerre mondiale dans le cinéma français. Pour les cheminots, mais pas seulement pour les cheminots, c’est le film sur la Résistance. Film dont la réussite fut une surprise. Autre surprise dans le cinéma français, cette même année 1946, l’échec d’un film de Marcel Carné, Les portes de la nuit, dont le “ réalisme poétique ” n’est plus en grâce dans cet après-guerre. Or, dans ce film, comme dans bien d’autres, l’image du cheminot résistant apparaît comme normale. Avec le résistant Jean, joué par Yves Montand, le personnage le plus sympathique est Raymond, incarné par Raymond Bussières, “ chef de manœuvre à la SNCF […], communiste, saboteur ”. Cet homme, qui a chez lui une maquette de locomotive, qui est cheminot jusque dans son malthusianisme8, raconte avec humour les tortures dont il a été la victime de la part de la Gestapo. Même sa position sur l’épuration est symptomatique de celle des cheminots communistes, lorsqu’il dit, à celui qui l’a dénoncé à la Gestapo : “ Tu vois ma main abîmée ? Si j’te la foutais sur la gueule, ça m’f’rait même pas plaisir. ” Puis, se tournant vers Jean : “ Puisque c’est défendu de faire justice soi-même, faut pas donner l’mauvais exemple. ” Et, pour terminer, le traître en question se suicide en se laissant écraser par une locomotive que manœuvre Raymond, magnanime mais justicier malgré lui. Trente-deux ans plus tard, lorsque Maurice Pialat veut tourner une scène où, en un éclatant monologue, un ancien raconte la Résistance, c’est tout naturellement un cheminot qu’il choisit9. Ainsi, si dans le monde ouvrier, comme l’écrit Yves Lequin, “ du côté de la mémoire politique […], c’est la Résistance qui fait figure d’événement fondateur ”10, c’est de l’extérieur que sont venus les éléments étayant cette construction pour les cheminots.

“ À quoi ça sert d’avoir une histoire si on la ramène pas ? ”, demandait un cheminot sur le tournage du film de Dominique Cabrera, Nadia et les hippopotames, qui, sans la moindre allusion explicite à la Résistance, montre des hommes qui résistent11. Qu’ils la ramènent ou pas, cette histoire existe. Et ils s’en servent. Pendant la grève de 1995, à Sotteville-lès-Rouen, les sifflets des trains évoquaient le “ temps [des] parents, [des] grands-parents au moment où il y a eu des grandes actions, la guerre par exemple ”12. Les sirènes des locomotives renvoient implicitement à une scène de La bataille du rail. Sylvie Lindeperg a ­souligné l’implicite référence de ces plans : “ La “séquence des otages”, tout particulièrement, relève d’un montage dont la forte activité évoque l’école soviétique13. ” En décembre 1982, après le putsch en Pologne, les cheminots d’Oullins ont fait lors de la grève de solidarité retentir la sirène des Ateliers, comme l’avaient fait leurs prédécesseurs pour les grèves de 1942 et 1944. La présence ou l’absence excusée d’éminentes personnalités à ce colloque est significative de l’importance, pour l’ensemble de l’institution, de cette mémoire. Ce n’est pas le cas dans tous les milieux : au mois de novembre 2000, un colloque sur le sport et les Français pendant l’Occupation est organisé alors que le ministère de la Jeunesse et des Sports lui a refusé tout soutien14.

Cette mémoire a une fonction. Elle construit et structure une identité forte et prenante. Forte par la dignité qu’elle accorde, à travers les années, à travers les générations, à un groupe social. Prenante aussi par les obligations qu’elle crée. À cet égard, bien qu’il serait ridicule de parler de tabou, le souvenir de l’appartenance professionnelle de René Hardy s’est très vite estompé15.

LES MÉMOIRES CHEMINOTES DE LA GUERRE

Deux mémoires de la résistance de la corporation se sont longtemps côtoyées, se sont longtemps opposées. La première est celle des militants communistes et des syndicalistes de la CGT. Serge Wolikow développe plus précisément la dimension syndicale de la résistance cheminote16, mal étudiée jusqu’à présent, mais remarquons que le choix des héros cheminots communistes de la Résistance n’est pas dépourvu d’équivoque. Georges Wodli fut le moins célébré de ces martyrs, son souvenir a été bien moins entretenu. Aussi sympathique que fût ce personnage, “ ancien gauchiste sentimental ”17, dont Jean-Claude Gayssot a souligné avec raison en 1999 son engagement “ face au monolithisme bureaucratique et totalitaire ”18, force est de constater que, arrêté le 2 décembre 1939, Pierre Sémard n’a pas pu participer à la Résistance19, bien qu’il soit resté en contact avec le Parti communiste au moins jusqu’en août 194120, et l’évocation de cette activité résistante fonctionne donc, dès lors, comme une aporie. Le fait qu’il a été l’un des “ otages exécutés par les autorités d’occupation à la suite d[’un] attentat commis […] contre une sentinelle allemande ”21 est rarement rappelé. Son souvenir est mis en avant avec celui d’autres communistes morts pendant la guerre, dont des résistants, à l’occasion des manifestations du culte de la personnalité de Thorez, “ de qui la leçon féconde et nécessaire / Guida Sémard Péri Politzer et Fabien / Lui qui fut le dernier soleil à qui pensèrent / Ceux de Châteaubriant et du mont Valérien ”22. L’hommage qui lui est rendu dans les espaces non cheminots est bien moindre que celui d’un autre martyr communiste, personnage au caractère en bien des points semblable à celui de Sémard, pour lequel on sait que tout n’a pas non plus été fait pour lui éviter ce sort funeste23 : il y a en Île-de-France deux fois et demi plus de rues Gabriel-Péri que de rues Pierre-Sémard24. Quant à Jean Catelas, malgré son peu d’enthousiasme avéré, les trois entrevues qu’il eut avec Otto Abetz fin juin et en juillet 1940 ne font pas de son itinéraire celui d’un continuel résistant, comme le furent Charles Tillon et Georges Guingouin. Or, les cheminots communistes morts du fait de leurs activités dans la Résistance étaient nombreux. Rien qu’aux Ateliers d’Oullins il serait aisé d’en citer plusieurs. Pourquoi, dès lors, choisir ces deux martyrs ? La réponse ne relève point d’un colloque sur les cheminots ou sur la SNCF, mais bien de l’histoire du Parti communiste25, et réside sans doute dans la volonté de placer dans une continuité le soutien à la politique du PC à l’époque du pacte germano-soviétique et la participation à la Résistance, en présentant comme de même nature la répression de l’un et de l’autre26. Significatif en est le tract distribué aux Ateliers de Vitry le 7 mars 1944, qui présente Pierre Sémard “ accusé d’avoir œuvré à l’édification ouvrière, interné pour avoir âprement défendu les intérêts de la classe laborieuse des cheminots et assassiné lâchement, les mains derrière le dos, pour s’être refusé de nier la vérité ”27, mais n’évoque pas la moindre participation à la Résistance.

La deuxième mémoire est d’entreprise, celle d’une SNCF comme entité résistante. Elle a été présentée de la manière la plus achevée dans l’ouvrage de Paul Durand28, relayée par d’autres agents médiats comme La Vie du rail qui a consacré en 1964 un numéro spécial aux cheminots pendant la guerre, publié à nouveau vingt ans plus tard29. La rupture qu’a constituée le renvoi du conseil d’administration des représentants de la CGT en 1948 a joué un rôle catalyseur dans l’opposition entre les deux mémoires30. Les attaques contre Louis Armand, qui est entré dans un réseau de résistance dès 194031, “ arrêté par la Gestapo en 1944 alors qu’il était responsable de la Résistance Fe[r] ”32, “ incarcéré à Fresnes, libéré […] à la suite des accords Nordling ”33, sont perçues comme d’autant moins légitimes que, Compagnon de la Libération et commandeur de la Légion d’honneur, il est auréolé par son rôle dans la Résistance. Ingénieur talentueux et fécond, perçu déjà comme possible dirigeant de la SNCF dès la fin de l’Occupation34, Louis Armand incarnait cette résistance institutionnelle. C’est ce qui explique pour toute tentative de disqualification la tentation de jouer sur la confusion entre les deux Résistance-Fer, le réseau malaisé aujourd’hui encore à percevoir35 qui a continué le NAP-Fer et dont la déclaration légale n’a pas été déposée en préfecture sous l’Occupation, et l’association d’anciens résistants constituée le jour de Noël 194436 et homologuée comme réseau de la France combattante en octobre 194737. Ainsi peut-on entendre de nos jours un retraité de la SNCF, trop jeune pour avoir participé à la Résistance, affirmer que Louis Armand n’a jamais été résistant. De tels discours sont éloquents dans la mesure où ils révèlent la démarche, voire la fonction d’un travail de production et de reproduction mnésique. Il faut insister sur la question de la génération, primordiale au moment crucial de la mémoire de la Résistance que nous sommes en train de vivre. Alors que les anciens dirigeants de la Résistance nous ont pour la plupart quittés38, la génération qui, les prochaines années, va être chargée du rôle de sapiens est constituée d’hommes et de femmes qui étaient à la Libération enfants ou jeunes adolescents. Ils n’ont pas participé aux combats et n’ont pas pu ne pas en être frustrés. De ceux-là, pour lesquels Emmanuel Le Roy Ladurie parle de “ génération ” sacrifiée “ au point de vue moral ”39, il ne peut y avoir qu’un rapport fortement biaisé à la Résistance. La vision de leurs cadets, nés après la guerre, est sans doute plus sereine. Mais cette dimension n’est pas la seule à prendre en compte, et la part de la Résistance dans l’identité ferroviaire explique largement de tels comportements, somme toute peu fréquents. Ainsi, rien de tel ne peut être constaté pour le Front national40.

Le conflit entre ces deux mémoires sœurs, sœurs et ennemies, est un élément important de l’histoire des relations sociales au sein de la SNCF. Après les grèves de 1947, la répression contre des syndicalistes est d’autant plus malaisée lorsque ceux-ci sont d’anciens résistants et, bien souvent, les révocations se muent en mutations41. Mais, quel que soit le contexte social aux Ateliers d’Oullins, ingénieurs et syndicalistes se retrouvent régulièrement lors des cérémonies célébrant la mémoire des cheminots résistants tués par la Gestapo42. Ces mémoires s’opposent, elles s’alimentent aussi, excluent les autres. Elles excluent les rares individus qui ont manifesté de la sympathie pour le régime de Vichy, ceux qui ont collaboré, mais aussi les orphelins de la mémoire. Des cheminots, quelques gaullistes qui ne se revendiqueraient pas de la mémoire résistante d’entreprise mais, surtout, des militants d’autres organisations syndicales, notamment Force ouvrière et la CFTC puis la CFDT, ne pouvaient se reconnaître dans ces deux mémoires, la patronale et la communiste. Ils devaient néanmoins tenir compte de l’image résistante et donc valorisante de la corporation. Ce ne leur fut pas aisé, et la nature du texte lu lors du premier jour du colloque par un responsable de Force ouvrière en était significative43.

UN HÉROÏSME PRÉVALENT

Une question se pose cependant, celle de l’origine même d’une mémoire qui fait d’une corporation un héros collectif, héros de la nation et de la classe ouvrière. D’autres groupes sociaux auraient pu bénéficier pleinement de cette gloire. Les mineurs ont également participé largement aux combats de la Résistance, y compris en usant des armes classiques de la classe ouvrière. La grève des mineurs du Nord, au printemps 1941, est restée plus célèbre que celle des travailleurs de la zone sud à l’automne 1942, mouvement qui est parti des Ateliers d’Oullins et qui s’est étendu à d’autres groupes professionnels grâce au savoir-faire des cheminots. Pourrait sembler révélatrice la comparaison entre ces deux mémoires : pourquoi les mineurs ne bénéficient-ils pas de la même réputation que les cheminots44, eux dont le sacrifice ne fut pas négligeable et qui, en termes de chronologie, pourraient, avec la grève du printemps 1941, avoir un avantage d’antériorité ? La mémoire communiste de la Résistance associe souvent ces deux corporations, leur en adjoignant rarement d’autres45. Laissons de côté les diverses représentations, quoique La bataille du rail présente des cheminots résistant presque dès l’armistice. Ne prenons pas en compte non plus d’autres facteurs qui, sans être anodins, ne furent sans doute pas considérables, comme le sort fait à Auguste Lecœur, l’organisateur rigoureux de la résistance des mineurs mis à l’écart de la direction du PC dès la fin de l’année 1944.

Deux éléments semblent importants. D’abord le rôle donné aux mineurs dans la Bataille de la production, qui, par sa mise en scène, a pu occulter la période précédente, même si celui des cheminots était considérable alors que les transports se révélaient un élément stratégique de la Reconstruction. En second lieu, les conflits au sein du monde de la mine ont eu une telle intensité pendant l’Occupation et aux lendemains de la Libération qu’ils n’ont pas permis de présenter les Houillères comme une entité ayant résisté. Insistant sur cette différence, Gérard Gayot rappelle les “ histoires excessivement sanglantes […] entre les résistants mineurs […] et les ingénieurs ”46. Il n’y a pas dans la terminologie même de facteur possible de confusion : si un ingénieur de la SNCF peut se percevoir “ cheminot ”, un ingénieur des Houillères ne se sent pas “ mineur ”. Par surcroît, la nationalisation des Charbonnages a représenté une rupture. Pas d’entité perceptible dans la corporation, présentable hors du monde de la mine, donc pas d’entité résistante. Autre question, celle des personnages présentés comme emblématiques des différentes corporations pendant la guerre. Les cheminots héroïsés sont des martyrs qui, comme le leur assigne l’étymologie, témoignent sans cesse. Les mineurs, Auguste Lecœur ou Henri Martel, ne sont pas morts. Si l’on ne peut que s’incliner devant un catafalque, l’attitude n’est pas la même face aux survivants.

Le cheminot n’est pas héroïque du fait de sa participation à la Résistance. Jean Bichelonne, le ministre de la Production industrielle et des Communications de Vichy, honorait le 1er mai 1944 la “ famille des cheminots ” : “ Les criminelles coupures de voies que multiplient les bandes du maquis ont transformé le métier de cheminot en une tâche héroïque47. ” Tout au long de l’Occupation, dans une région sinistrée, le journal clandestin La Voix du Nord ne manquait jamais de mettre en avant la participation à la Résistance des cheminots, avant même celle des mineurs48. Dès l’été 1941, la publication résistante annonçait leur participation aux combats de la Libération et Marc Bloch lui-même évoquait lors de l’été 1940 les cheminots, “ héros même à l’occasion ”49. Cet héroïsme était logique, dans la continuité du comportement antérieur des cheminots50. Michel Ionascu a démontré que, bien avant la guerre, le cheminot était déjà héroïque51. Singulièrement, la causalité ici ­présumée pourrait en être inversée : le cheminot ne serait pas un héros parce que résistant, il serait résistant parce que héros, comme si l’indéniable réalité, bien avant la construction mémorielle, s’était due d’être conforme à la représentation.

UNE MÉMOIRE DISQUALIFIANTE

Maurice Halbwachs nous l’avait démontré au début du siècle, la mémoire est perpétuellement en construction, en reconstruction. Le maintien de la mémoire, c’est-à-dire son renouvellement, nécessite une perpétuelle déconstruction. Dans le monde cheminot, le travail mémoriel est, depuis le début de la décennie 1990, réorganisé autour de la participation des cheminots, notamment des chauffeurs et mécaniciens, à l’acheminement des convois de déportés jusqu’à ce qui était alors la frontière du Reich, en Moselle annexée. Cet aspect problématique est nouveau. En 1979, c’est pour minorer ses responsabilités que Jean Leguay, ancien délégué en zone occupée du secrétaire général de la Police de Vichy, René Bousquet, s’attribuait une action proche de celle du “ chef de gare qui faisait partir les trains ”52. Il ne semble pas que l’on puisse en trouver trace avant le milieu des années 1980, et il ne concerne pas uniquement les cheminots français. “ L’image et le bruit des trains rythment le film de Claude Lanzmann, Shoah53. ” Le seul personnage présent sur l’affiche du film est un cheminot polonais. Les témoignages de chauffeurs et de mécaniciens de Treblinka54 sont glaçants, évoquent ceux des “ hommes ordinaires ” du 101bataillon de réserve de la police allemande, notamment par la nécessité de la consommation d’alcool55. Précisons que ce qu’ont vécu ces cheminots polonais ne correspond pas véritablement à l’expérience des cheminots français56, comme les agissements des réservistes allemands n’ont rien de commun avec ceux des policiers et gendarmes français qui ont participé aux rafles. La politique nazie d’extermination des Juifs n’a pas été vécue en France et en Pologne de manière similaire. Les scènes comme celle à laquelle a assisté Lucie Aubrac57, expériences limites en France, sont d’une nature bien diffé­rentes de celles décrites par les cheminots de Treblinka.

En 1987, Gilles Perrault, figure symbolique de l’antifascisme militant qui a consacré à la Résistance une grande partie de son œuvre, évoquait “ le petit fonctionnaire qui faisait arriver à l’heure les trains de la mort ” dans la préface d’un ouvrage consacré aux enfants des nazis et à ceux de leurs victimes58. Dans ce livre, témoigne en effet le fils d’un cheminot allemand, très critique envers sa famille ( “ Mes parents étaient mauvais, infâmes. Du poison coulait dans leurs veines, et leur haleine sentait le souffre ” ) : “ Mon père travaillait aux chemins de fer du Reich. Avant la guerre, pendant la guerre, après la guerre. Un petit fonctionnaire à un poste important ; d’abord au bas de l’échelle, puis tout en haut, mais toujours un petit fonctionnaire. Convenable, raisonnable et incorruptible59. ” Un autre criminel de bureau, qui était membre du Parti nazi et “ chef de la Section des horaires ” de la Reichsbahn de Cracovie, avait été interrogé par Claude Lanzmann60. Ainsi, c’est par l’Est, la Pologne, l’Allemagne, que la question du rôle des chemins de fer, donc des cheminots, dans la déportation et le génocide est posée en France. Dès ce moment, Fred Kupferman met en contexte cette nouvelle problématique : “ Il serait indécent, quand René Clément, dans La bataille du rail, célèbre l’héroïsme des cheminots, de rappeler qu’il ne s’est pas trouvé un seul cheminot pour refuser de conduire un convoi de déportés61. ” Qu’en savons-nous, d’ailleurs, de cette absence de refus ? C’est bien une des pistes qu’il faudrait tenter de baliser en histoire sociale des cheminots pendant la Seconde Guerre mondiale. Un refus net et explicite n’aurait peut-être pas obligé les cheminots réfractaires à passer dans la clandestinité, puisque même les bourreaux nazis permettaient aux membres de leurs unités de ne pas participer aux massacres62. Peut-on déceler une surmorbidité, réelle ou feinte, parmi les conducteurs des trains de la déportation ? Peut-être le recours aux dossiers personnels de la Caisse de retraite de la SNCF ou des archives du personnel conservées à Béziers, après l’établissement de listes de conducteurs grâce à des archives de dépôt, pourrait-il nous apporter des précisions. Ne surestimons cependant pas l’impact de cette nouvelle problématique. Ainsi, dans un ouvrage fort émouvant paru en 1997, Simone Lagrange consacrait au trajet ferroviaire qui l’a menée de Drancy à Auschwitz un chapitre aussi douloureux que poignant sans évoquer une seule fois les conducteurs du convoi63. Une récente et succincte synthèse, Questions sur la Shoah, écrite par un philosophe, n’aborde pas véritablement le problème des transports ferroviaires sans négliger pour cela des aspects matériels essentiels comme celui des chambres à gaz homicides64.

Cette chronologie de la problématisation de l’histoire des cheminots pendant la Seconde Guerre mondiale se retrouve aussi dans les travaux des historiens travaillant sur le monde cheminot. Dans les années 1980, pas un mot sur la persécution des Juifs dans mon mémoire de maîtrise traitant des dix premières années de la SNCF65, mais dix ans plus tard l’évocation d’un “ train de déportés juifs dont la plupart périrent gazés à Auschwitz ” dans une exposition organisée par la Région de Lyon de la SNCF66. Pas un mot de Georges Ribeill dans Le personnel de la SNCF publié en 198267. Cette chronologie n’est pas ferroviaire, et concerne l’ensemble des groupes professionnels. Jean-Louis Robert remarquait dans sa conclusion au colloque de 1992, Les ouvriers en France pendant la Seconde Guerre mondiale, que la persécution antisémite était à peine évoquée68, et il faut attendre la dernière décennie du siècle pour que la question soit abordée par des scientifiques travaillant sur les groupes professionnels, des artisans coiffeurs69 aux universitaires70. En cela, le travail de Christian Bachelier s’inscrit dans son temps71. Laissons de côté les auteurs d’ouvrages pour le grand public comme Henri Amouroux, mais remarquons cependant que celui qui s’est spécialisé dans l’univers concentrationnaire a publié en 1970 Le train de la mort, réédité un quart de siècle plus tard sous le titre d’apparence plus rigoureuse Train 7909 destination Dachau72.

L’INDISPENSABLE PÉRIODISATION

Dès 1951, Léon Poliakov abordait l’organisation des convois73. En 1963, Jean Ferrat chantait : “ Combien de tours de roue, d’arrêts et de départs qui n’en finissaient pas distiller l’espoir74 ? ” L’aspect ferroviaire de la déportation n’a de fait jamais été éludé. Comment, d’ailleurs, aurait-il pu l’être ? Il est intégré dans les démarches de commémoration ; les plaques dans les gares rendent hommage aux résistants mais aussi aux déportés. C’est symboliquement “ le Train de la Mémoire ” qui, en avril 1992, a “ emporté un millier de Juifs de France en pèlerinage à Auschwitz ”75. Quant aux récits des témoins76, ils n’accablent pas les cheminots qui, le plus souvent, ne sont pas évoqués77. S’il est question de leur compassion78, une mise en perspective des témoignages ne permet pas de la distinguer de celle de l’ensemble de la population française, du personnel de santé par exemple79. Ainsi, dans les gares, les quelques victuailles qui purent parvenir aux déportés étaient aussi transmises par les postiers de centres de tri situés dans les zones marginales où étaient stationnés les trains pour le Reich. Des voyageurs aussi firent parvenir à destination les petits papiers lancés par les déportés80, et si les témoignages évoquent souvent les cheminots81, c’est parce que ceux-ci étaient en situation de découvrir et d’envoyer ces billets. Comme l’écrivait un capitaine de gendarmerie : “ Le spectacle de ce[s] train[s] impressionna fortement et défavorablement les populations françaises non juives qui eurent à le voir, dans les gares en particulier82 ”. Nous savons à quel point la participation de Vichy à la politique antisémite des nazis constitua un tournant dans la perception du régime par l’opinion publique83, et les autorités d’occupation et de Vichy en étaient conscientes qui mirent au point un stratagème pour “ faire croire aux cheminots français et allemands et à tous ceux qui pourraient s’approcher de ces trains que les enfants [étaient] déportés avec leurs parents ”84.

Dès la fin des années 1980, le train était devenu emblématique de la politique nazie d’extermination, fût-ce au prix de contresens85. Si, en 1997 et 1998, lors du procès de Maurice Papon86, les débats portèrent en partie sur l’organisation des convois vers le Reich, c’est au début des années 1990, avec des articles de presse et des dépôts de plainte, que la problématique s’affirme, clairement énoncée. L’institution est la première mise en cause. Il est même fait grief à la SNCF d’avoir transporté le Zyklon B produit par l’entreprise Ugine, alors que les travaux les plus récents ne permettent pas de conclure que la production française ait été utilisée dans les chambres à gaz87. Très rapidement, les cheminots se sentent concernés, eux aussi vilipendés. Cette perception est nouvelle, puisque les rôles respectifs du chemin de fer et de ses employés sous l’Occupation avaient été dissociés : les cheminots étaient des héros, tandis que Radio-Londres dénonçait : “ Les chemins de fer emmènent les ouvriers qui vont travailler en Allemagne. Les chemins de fer transfèrent la population que le Reich réduit en esclavage. Les chemins de fer emportent le butin que les Boches nous ont volé. Les chemins de fer transportent les troupes et les munitions avec lesquelles l’Allemagne mène la lutte. ” Ces accusations suscitent deux réactions, qui, sans être antagonistes, ne sont pas semblables, des héritiers des deux mémoires. Héritiers de la mémoire d’entreprise, les responsables de la SNCF veulent surtout savoir, éviter de se focaliser sur le sujet, mais n’éludent pas la question. C’est, nous le savons, l’origine du contrat passé entre l’Institut d’histoire du temps présent (CNRS) et la SNCF en 1992.

Les héritiers de la mémoire communiste, qui accordent à la continuité de celle-ci une grande importance, sans être, contrairement à l’institution, directement attaqués, sont les plus virulents. Tandis que les dirigeants de la SNCF se contentaient d’envisager une réponse, ils proposent plutôt une riposte dès le milieu de la décennie. Je pense autant à un des livres du comité d’établissement régional Nord – Pas-de-Calais sur la mémoire cheminote de la première décennie de la SNCF88 qu’à la préface, rédigée par le secrétaire général de la Fédération des cheminots CGT89, de l’autobiographie d’un Allemand ayant participé à la Résistance française. C’est cette attitude différente qui semble significative, la mémoire communiste essayant de réactiver – je n’ose dire : de réanimer – la mémoire d’entreprise au risque de se substituer à elle. Ce colloque même en est le produit, qui n’aurait peut-être pas eu lieu sans la forte insistance de Pierre Vincent, administrateur de l’AHICF et membre de l’Institut d’histoire sociale de la Fédération CGT des cheminots, qui a plaidé, et avec quelle efficacité, pour que se défende la SNCF90. Cette mémoire cheminote communiste de la Résistance est encore très forte et certaines fort caractéristiques interventions lors des discussions du colloque permettent d’en percevoir la permanence. Elle peut prétendre à une relative hégémonie parce qu’elle a perdu peu à peu sa spécificité en étant moins prégnante dès le milieu des années 1970. En cela, les querelles de préséance et de légitimité de la fin des années 1960 sont, malgré leur intensité, en fin de course. Significative en est la chronologie du culte de Sémard, prétexte à de grand-messes à partir de 1945 mais dont le trentième anniversaire de la mort est la dernière cérémonie de quelque importance. Après une première commémoration corporative devant le monument aux morts de la gare d’Austerlitz, ils furent alors 350 à se rendre à 16 heures au Père-Lachaise, parmi lesquels Duclos, Marchais, Frachon, Séguy et Charles Massabieaux qui prononce un discours. Mais si, en 1972, les gerbes déposées étaient environ une dizaine, il n’y en eut que trois en 1975, tandis que les participants, tous cheminots, n’étaient qu’une trentaine et qu’aucune allocution ne fut prononcée. “ Aucune personnalité du Parti communiste ou du syndicat CGT n’était présente. ” Pas même Massabieaux, en voyage en Hongrie91. Ne présentant plus le moindre intérêt, la cérémonie du 7 mars ne fut plus, dès lors, suivie par les Renseignements généraux.

Cette dynamique d’accommodement des deux mémoires n’est en rien conjoncturelle92. Elle est possible parce que les facteurs de construction identitaire ne sont pas inconciliables. Ainsi, pour La bataille du rail : “ L’effet de balancier dont témoigne la mise en regard du film et du découpage intermédiaire contribua à rendre conciliables les tentatives d’appropriation des uns et des autres93. ” Cette dynamique est le signe, bien sûr, de l’apaisement de la guerre des mémoires parce qu’un combattant fait défaut, mais aussi de la nécessité du souvenir de la Résistance comme élément fort d’une identité cheminote largement construite par les militants communistes. Dans un contexte de crise identitaire de longue durée, ce phénomène est assez exceptionnel dans la mesure où il permet de comprendre que la légitimité cheminote paraît en grande partie construite par les communistes. Il mérite cependant d’être mis en perspective avec d’autres éléments, notamment technologiques, et cette dynamique évoque la continuité qui marque l’identité des conducteurs de locomotives électriques qui ont refusé d’entériner une rupture avec l’identité des mécaniciens et chauffeurs du temps de la vapeur. La mémoire de la vapeur, comme celle de la Résistance, donnent aujourd’hui aux travailleurs du rail une identité cheminote. En se construisant aux lendemains de la nationalisation, elles ont joué un rôle essentiel dans la fusion des identités de réseau. Consciemment ou non, chacun des acteurs du monde ferroviaire le perçoit. Ce sont ceux qui pensent y trouver un intérêt fort qui défendent le plus âprement cette mémoire. Ce qui ne signifie pas que l’institution ferroviaire n’ait pas besoin, pour que roulent les trains, de l’adhésion forte de son personnel à une identité, mais laisse plutôt penser qu’elle n’en est pas tout à fait persuadée.

FAIRE DE L’HISTOIRE

Sous l’Occupation, le primat de la fonctionnalité a incité les cheminots résistants à ne passer que le plus tard possible dans la clandestinité, fût-ce au prix de grands sacrifices. Lorsque La Voix du Nord clandestine exhortait : “ Il faut rester à son poste ”94, elle n’évoquait même pas les cheminots tant cela eût été incongru. Aujourd’hui émerge le problème de la conduite des trains de la déportation, paraissant atteindre ceux-là mêmes qui se sont battus contre les régimes antisémites du gouvernement de Vichy et de l’Allemagne nazie. Ce calendrier correspond sans nul doute à celui de l’histoire et de la mémoire de la déportation et du génocide, mis en évidence par Annette Wieviorka95.

Les historiens ne travaillent qu’en leur temps et sur leur temps. En s’intéressant précisément au rôle des chemins de fer français et des cheminots français, de certains cheminots français dans le fonctionnement des transports utilisés par l’Allemagne, nous nous trouvons confrontés aux questions de notre temps. Questions posées par les médias, questions posées par la corporation. Le sort des cheminots, stigmatisés pour les mêmes causes que celles qui les ont fait s’engager dans la Résistance, en ce processus de fonctionnalité mis en évidence par François Marcot, peut nous sembler injuste. L’oubli des victimes est devenu presque impensable, et cela renvoie à un aspect anthropologique de la tragédie de l’extermination des Juifs par les nazis, incompréhensible si l’on n’insiste pas sur le fait que ces millions de victimes n’ont pas eu de sépulture, que le souvenir que l’on en a est indispensable et que l’oubli serait le parachèvement de leur assassinat. Pour les cheminots, la question de la mémoire ne se pose pas en des termes semblables. Sans doute est-ce aussi l’air du temps, la multiplication des repentirs et des repentances, qui semble faire de l’indignité la règle et nécessite presque l’oubli de ceux qui ne se sont pas rendus indignes.

_______________

1. Lettre à l’auteur, 16 mars 2000.

2. La Cinq, Le sens de l’histoire, 30 janvier 2000.

3. Ne citons que le texte de Jean Andreu, alors sous-directeur de la Fonction militaire au ministère de la Défense, dans lequel il est question des “ trains, bloqués par les mille et une ruses de la Résistance, notamment la résistance des cheminots ”, “ Les trains de la liberté ”, Armée d’aujourd’hui, no 190 (mai 1994), p. 122-123. Pour un échantillon de ces documents, voir les notes infrapaginales de Georges Ribeill, “ Les cheminots face à la lutte armée. Les différentiations sociologiques de l’engagement résistant ”, in “ La Résistance et les Français : lutte armée et maquis ”, Actes du Colloque de Besançon, Annales littéraires de l’Université de Franche-Comté, 1996, p. 71-81, et de Christian Chevandier, “ La résistance des cheminots : le primat de la fonctionnalité plus qu’une réelle spécificité ”, in Antoine Prost (sous la dir. de), La Résistance. Une histoire sociale, Paris, Éditions de l’Atelier, 1997, p. 147-158.

4. Ainsi, après la dédicace, le livre d’Henri Picard, Ceux de la Résistance. Bourgogne, Nivernais, Morvan, Nevers, Éd. Chassaing, janvier 1947, 420 p., commence par la photographie de la reddition d’un train de troupes allemandes à Montceau-les-Mines. Cette image a été reproduite dans l’histoire de la Fédération CGT parue en 1986 (Batailles du rail, voir infra), p. 103, avec des clichés du tournage de La bataille du rail, p. 91.

5. Ainsi, pour la Fédération CGT des cheminots, le “ testament de stratège [de Rommel] est un hommage obligé aux cheminots français ” (ibid., p. 111).

6. Sylvie Lindeperg, Les écrans de l’ombre. La Seconde Guerre mondiale dans le cinéma français (1944-1969), Paris, CNRS Éditions, 1997, p. 79.

7. Michel Ionascu, Cheminots argentiques : l’image d’un groupe social dans le cinéma et l’audiovisuel français, thèse de recherches cinématographiques et audiovisuelles, Université de Paris III – Sorbonne Nouvelle, 1999, 360 p. 

8. Son seul enfant se dit “ le pote ” de Jean, qui le présente ainsi : “ C’est un prince, le fils du roi des chemins de fer. ”

9. “ J’en ai coupé les trois quarts parce qu’on me disait […] que ça allait faire chier le monde, que c’était trop long ”, Les Cahiers du cinéma, no 550 (octobre 2000).

10. Yves Lequin, “ Mémoire ouvrière, mémoire politique : à propos de quelques enquêtes récentes ”, Pouvoir, septembre 1987, p. 67-72.

11. “ Mais c’est un film de résistance ! ”, répliqua la réalisatrice lorsque l’absence de référence explicite à la Résistance fut évoquée, entretien avec l’auteur, 8 mars 2000. Dans la première mouture de son article sur ce film (paru dans La Vie du rail, 22 mars 2000), Michel Ionascu écrivait : “ Résister, se sacrifier même […] voilà le rôle social auquel ils se des­tinent. ”

12. Reportage de Thierry Guerrier, TF1, 1er décembre 1995, cité par Morgan Thomé, Le mouvement social de novembre et décembre 1995 à travers les journaux télévisés de TF1 et France 2, mémoire de maîtrise d’histoire contemporaine, Université de Paris I – Panthéon-Sorbonne, 1999, p. 342.

13. Op. cit., p. 76.

14. Neuvième carrefour d’histoire du sport, colloque des 2, 3 et 4 novembre 2000, Centre de recherches et d’innovation sur le sport, Université de Lyon I.

15. Vincent Auzas, La mémoire de la Résistance chez les cheminots : construction et enjeux, septembre 1944 – novembre 1948, mémoire de maîtrise d’histoire contemporaine, Université de Paris I – Panthéon-Sorbonne, 2000, p. 115. 

16. Voir sa contribution aux actes de ce colloque.

17. Philippe Robrieux, Histoire intérieure du Parti communiste, t. 4, Biographies, chronologie, bibliographie, Paris, Fayard, 1984, p. 499. L’auteur démontre bien à quel point la personnalité de Pierre Sémard est caractéristique de l’engagement des militants du mouvement ouvrier français séduits au début des années 1920 par l’idéal communiste.

18. “ Il y eut des dirigeants ouvriers […] qui ont résisté à la vague déferlante des conceptions staliniennes […]. Pierre Sémard fut un de ceux-là ”, Hommage à Pierre Sémard, discours d’Évreux, 8 mars 1999, Les Cahiers de l’Institut d’histoire sociale de la Fédération des cheminots CGT, no 4, 1999, p. 18-20. À aucun moment, dans son discours, le ministre des Transports ne reprend la légende d’un Sémard résistant ni n’évoque sa “ dernière lettre ”.

19. Cette participation à la Résistance n’est d’ailleurs pas systématiquement avancée par les tenants d’une mémoire cégétiste-communiste. Les histoires écrites par la Fédération CGT sont moins affirmatives que cela ne pourrait paraître lors d’une lecture superficielle. Ainsi, dans l’ouvrage de 1967, les pages consacrées à la mort de Pierre Sémard ne l’affirment pas expressément, mais la citation du chant des partisans ( “ Ami, si tu tombes, un ami sort de l’ombre à ta place ” ) sous-entend un engagement résistant. Dans cet ouvrage, le caractère de martyr, de témoin de Sémard est mis en avant, démarche dans laquelle il faut voir l’influence de Joseph Jacquet qui en brosse un portrait presque christique (“ Son ultime message exprime en quelques lignes ce qu’il fut toute sa vie, un Homme ” ; les caractères italiques et la majuscule sont dans l’ouvrage) ; Joseph Jacquet (sous la dir. de), Les cheminots dans l’histoire sociale de la France, Paris, Éditions Sociales, 1967, p. 174-177. L’ouvrage publié vingt ans plus tard comporte une biographie de deux pages, dans laquelle il est écrit : “ Il maintient aussi les liaisons avec la direction illégale de la Fédération des cheminots et donne des conseils aux résistants ”, qui se termine par la reproduction (70 × 45 mm) du “ certificat officiel d’appartenance à la Résistance, en date du 1er juin 1949 ” (Jean Gacon (sous la dir. de), Batailles du rail, Paris, Messidor, 1986, p. 49). Ne manquerait pas d’intérêt une autre approche comparative, celle de la présentation d’un texte présenté comme la “ dernière lettre ” de Pierre Sémard. Dans l’ouvrage de 1986, a été enlevée la première partie qui se termine par “ les héroïques combattants de l’Armée rouge et son chef, le grand Staline ”. Contrairement à la présentation de 1967, “ Vive l’Union soviétique et ses alliés ! ” ne fait pas l’objet d’un paragraphe spécifique, tandis que la mention “ et que la France saura poursuivre le bon combat ”, absente en 1967, est publiée après “ Je sais que les nazis qui vont me fusiller sont déjà vaincus ”. Dans “ Aux cheminots morts pour la France ”, numéro spécial de La Vie du rail, 23 août 1964, c’est la deuxième version qui est présentée, amputée de toutes les références à Staline et à l’Union soviétique, remplacées par des points. Antérieurement, deux versions de ce texte, déposées avec le fonds Marty à la Bibliothèque nationale et datées de janvier 1942 (c’est-à-dire plus d’un mois avant que Pierre Sémard ne fût fusillé) et mars 1945 présentent de grandes dissimilitudes (Vincent Auzas, op. cit., p. 32-36). Les passages de la “ lettre écrite quelques instants avant sa mort ” publiés en juin 1944 dans la Tribune des cheminots de la “ direction illégale de la Fédération des Cheminots ” sont également sensiblement différents et ne contiennent aucune allusion à l’URSS : “ Les nazis qui vont me fusiller sont déjà des vaincus. Dites à mes camarades cheminots de ne rien faire qui serve les nazis. Courage pour continuer le bon combat. ” Aux Archives de la préfecture de Police, le dossier A 4-2 . 389 consacré à Pierre Sémard ne contient pas d’allusion à ce document avant le compte rendu de la cérémonie organisée au Palais de Chaillot le 7 mars 1946, lorsque Marc Dupuy “ donne lecture de sa dernière lettre et montre que ses conseils ont été suivis par les cheminots français, qui ont gagné leur partie dans la lutte engagée pour la renaissance du pays ” (rapport 105 de la 1re section des RG, 8 mars 1946). La tombe de Pierre Sémard, dans le panthéon communiste de la 97e division du Père-Lachaise, si elle le présente comme “ Un des fondateurs de la France nouvelle. Un grand Patriote ”, n’évoque pas une participation à la Résistance. Une biographie de Pierre Sémard reste à écrire, à la fois classique, positiviste, s’attachant aux éléments factuels, mais relevant aussi d’une histoire des représentations, tel le récent ouvrage de Stéphane Sirot, Maurice Thorez, Paris, Presses de Sciences Po, 2000, 304 p.

20. Minute Dr Otage no 99.786, rapport sur l’arrestation et les interrogatoires de l’épouse de Pierre Sémard, 17 mars 1942, Archives de la préfecture de Police, A 4-2 . 389.

21. Il s’agissait de l’attentat du 1er mars 1942 rue de Tanger, blanc du 17 mars 1942, dossier Sémard Victor (sic) des Renseignements généraux aux Archives de la préfecture de Police, A 4-2 . 389.

22. Louis Aragon, “ Il revient ”, L’Humanité, 8 avril 1953, c’est-à-dire à un moment où la version officielle du Parti communiste ne faisait pas arriver Maurice Thorez en URSS avant 1943 ; voir notamment Maurice Thorez, Fils du peuple, Paris, Éditions Sociales, 1949, p. 192 (l’édition suivante est de 1954). La place manque ici pour commenter l’ordre précis dans lequel Louis Aragon cite ces militants, mais il n’est pas innocent que le premier “ guidé ” par Thorez est celui qui, avant Barbé, le précéda au secrétariat général du Parti communiste.

23. Voir les biographies de Gabriel Péri (par Antoine Olivesi et Claude Pennetier) et de Pierre Sémard (par Serge Wolikow), Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, cédérom, Paris, Éditions de l’Atelier, 1997.

24. Respectivement 125 et 53, Stéphane Sirot, op. cit., p. 142.

25. Voir Annette Wieviorka, ouvr. cité n.95..

26. Voir par exemple la note 1 de la page 339, Fernand Grenier, Ce bonheur-là…, Paris, Éditions Sociales, 1974. Voir aussi, pour une continuité ne présentant pas le pacte Hitler-Staline comme moment initial et l’englobant dans “ la période 1938-1940, période d’ “offensive anti-ouvrière” ”, Maurice Moissonier, “ Les ouvriers du Rhône, de la France de ­Daladier à celle de Pétain : réactions aux conditions matérielles et morales ”, in Denis ­Peschanski, Jean-Louis Robert (sous la dir. de), Les ouvriers en France pendant la Seconde Guerre mondiale, Actes du Colloque CRHMSS/IHTP, Paris, CNRS, 1992, p. 103-118.

27. Blanc des RG, 7 mars 1944, no 4, 18h, dossier A 4-2 . 389, Archives de la préfecture de Police.

28. Paul Durand, La SNCF pendant la guerre, sa résistance à l’occupant, préface de Louis Armand, Paris, PUF, coll. “ Esprit de la Résistance ”, 1968, 666 p.

29. La Vie du rail, 23 août 1964.

30. Voir sur ce point précis l’analyse de la CGT près de quarante ans plus tard : Jean Gacon, op. cit., p. 133. Pour un exemple de l’image de Louis Armand dans la presse communiste, lire l’article de Georges Bouvard, “ M. Louis Westinghouse-Armand ”, L’Humanité, 19 février 1969.

31. Claude Bourdet, L’aventure incertaine, Paris, Stock, 1975, p. 213-214.

32. Une probable faute de frappe a fait écrire “ Résistance Fex ”, Service de sécurité de la Défense nationale et des forces armées, rapport du 10 décembre 1955 après passage aux fichiers SJ, SSDN, DST et RG. Pour les rapports des RG sur Louis Armand, notamment lorsque fut évoquée l’éventualité de sa candidature aux élections présidentielles de 1965, voir son dossier personnel des Renseignements généraux aux Archives de la préfecture de Police, A 4-274 . 345.

33. DRG, extrait dossier 168 . 438.

34. Voir à ce propos le brouillon du rapport du directeur général des RG au préfet de Police (en réponse à une demande du 20 juillet 1944 de son cabinet). Les passages entre crochets correspondent à la version du 4 août et ne se retrouvent pas dans la version définitive qui a été mise au point le 8 août 1944. “ [L’intéressé] [Il] Armand a été arrêté par les autorités allemandes le 24 juin [1944] dernier vers 11 heures à son bureau, sous l’inculpation d’aide en faveur de l’ennemi ” ; “ [En réalité, les motifs exacts de cette arrestation ne sont pas connus, et celle-ci semble avoir profondément surpris les collaborateurs de M. Armand qui considèrent celui-ci comme un des futurs directeurs généraux de la SNCF]. Aucune précision sur les motifs exacts de cette arrestation n’a pu être obtenue ” ; “ On ne lui connaît aucune affiliation à des organisations se livrant à une activité antinationale ”, Archives de la préfecture de Police, dossier A 4-274 . 345.

35. Ce qui est le gage de l’efficacité d’un fonctionnement clandestin dont la fonction était plus opérationnelle que politique. Aujourd’hui encore, “ on a du mal […] à s’y reconnaître ” (Georges Ribeill, “ Les cheminots face à la lutte armée… ”, loc. cit., p. 77, n. 2).

36. Dossier de déclaration à la préfecture de Police no 8 . 355, 27 décembre 1944.

37. Décret du 17 octobre 1947 ; voir aussi minute 292 . 966 du 31 mai 1956.

38. En l’an 2000, Claude Bourdet aurait eu 91 ans, Louis Armand et Henri Frenay 95 ans, Pierre Brossolette 98 ans, Jean Moulin 101 ans, Charles Tillon 103 ans, Charles Delestraint 121 ans.

39. “ Nous n’eûmes à nous mettre sous la dent ni les conquêtes sociales de juin 1936, ni la Résistance, ni les luttes à tout prendre positives contre la guerre d’Algérie, ni les grands remuements de mœurs et d’idées de Mai 1968 ” (Emmanuel Le Roy Ladurie, Paris-Montpellier. PC-PSU 1945-1963, Gallimard, 1982, p. 57).

40. Daniel Virieux, “ De la Résistance à la “renaissance”. Le cas du Front national (septembre 1944 – décembre 1945) ”, Les associations et le champ politique au XXe siècle, colloque des 16 et 17 novembre 2000 organisé par le Centre d’histoire sociale du XXe siècle, le Centre de recherches historiques et le Centre d’histoire de la France contemporaine.

41. Ainsi, aux Ateliers d’Oullins, les résistants ont été les premiers et les plus durement frappés par les sanctions. La direction dut faire machine arrière et les révocations furent annulées mais, par le jeu des mutations, les principaux dirigeants de la Résistance (Fernand Pavoux, Marius Bonazzi, Georges Benoit, Albert Commune) durent partir des Ateliers, Christian Chevandier, Bœufs et voituriers, les travailleurs des Ateliers SNCF d’Oullins (1938-1947), mémoire de maîtrise, Université Louis-Lumière – Lyon II, 1986, p. 309. Marie-Renée Valentin, s’appuyant sur les dossiers de sanctions, donc sans prendre en compte les reculs ultérieurs de l’administration ferroviaire, constate (en citant Maurice Agulhon et Fernand Barrat) qu’ “ avoir un passé résistant “n’est même plus une considération digne de respect” ” (“ Les grèves des cheminots français au cours de l’année 1947 ”, Le Mouvement social, no 30 (janvier-mars 1985), p. 55-80).

42. Une mémoire peu positiviste. Ainsi, le cheminot célébré sur les plaques comme ayant été “ fusillé par les Allemands ” est tombé sous les balles de militants français d’extrême droite membres de la Gestapo alors qu’il tentait de s’échapper lors d’une descente de police. Très rapidement, la réalité des faits avait été estompée. Ainsi, onze ans plus tard, le quotidien communiste régional écrivait : “ Un gars d’Oullins est assassiné sauvagement par les SS. C’est Marius Chardon qui avait voulu hurler son indignation à la face de ­ceux qui voulaient exterminer les hommes épris de paix et de liberté ” (La République, 18 août 1955).

43. Voir l’intervention de G. Saudrais dans les débats, qui a été appuyée par une lettre de la Fédération FO des cheminots à l’AHICF demandant la publication intégrale et inchangée de son texte (N.d.l.R.).

44. À Emmanuel Laurentin qui expliquait : “ Le mineur a été une figure héroïque de l’immédiat après-Seconde Guerre mondiale ”, Rolande Trempé devait préciser : “ Même pendant la guerre ”, “ La fabrique de l’Histoire. La grève des mineurs de 1963 ”, France Culture, 13 mars 2000.

45. Par exemple par André Barjonet, qui, après avoir évoqué la grève des mineurs, insiste sur l’importance de celle des cheminots après le débarquement de juin, La CGT, Paris, Le Seuil, 1968, p. 43 et 45. Fernand Grenier associe à leur combat les métallos et les enseignants, op. cit., p. 338.

46. Mémoire cheminote en Nord – Pas-de-Calais. Cheminots et chemins de fer du Nord (1938-1948), Actes du Colloque de Roubaix, Paris, Tirésias, 1999, p. 73.

47. Cité par Michel Ionascu, op. cit., p. 138.

48. “ Hommage aux cheminots ”, no 8 (1er juillet 1941), est antérieur à “ Mineurs de France ”, paru dans le no 11 (5 août 1941). Dans l’article “ Au service de la France ” du no 29 (1er avril 1942), sur 13 groupes professionnels, les “ cheminots français ” est le deuxième sollicité, après les “ ouvriers des usines ” et avant les “ mineurs du Nord et Pas-de-Calais ” (remarquons la dimension nationale des cheminots et celle, plus régionale, des mineurs ; la création de la SNCF, en donnant une dimension plus nationale à la corporation cheminote, a sans doute joué un rôle dans cette réputation de patriotisme). Voir aussi l’article hagiographique “ Honneur aux Cheminots ” du no 58 (7 juillet 1943) qui se termine par : “ Ouvriers d’Hellemmes, de Lille-Délivrance, chauffeurs, mécaniciens, employés, demain la République française rénovée dira de vous : “Ils ont bien mérité de la Nation.” ”

49. Marc Bloch, L’étrange défaite, cité par Georges Ribeill dans sa communication, supra, p. 103.

50. La Voix du Nord, no 8 (1er juillet 1941), situe “ le courage héroïque des cheminots français ” en mai et juin 1940 dans la continuité de leur attitude pendant le premier conflit mondial. Trois ans avant le débarquement, cet article est fort lucide : “ Au poste où ils sont placés, ils auront un jour une nouvelle mission à remplir et […] ils apporteront un concours précieux à la victoire des Alliés. ”

51. Op. cit.

52. Le Monde, 30 mai 1979.

53. Pierre Vidal-Naquet, “ Le premier cercle et le dernier ”, préface de l’ouvrage de C. Browning (cité n. 55), p. XI.

54. Claude Lanzmann, Shoah, Paris, Fayard, 1985, p. 38-40, 42, 43, 47-51.

55. Christopher R. Browning, Des hommes ordinaires. Le 101e bataillon de réserve de la police allemande et la solution finale en Pologne, Paris, Les Belles Lettres, 1994, 284 p. Le contexte de recueil des témoignages des cheminots polonais et des réservistes allemands est fort différent, tant par sa nature (les hommes du 101e bataillon étaient jugés et ce sont leurs dépositions que C. Browning étudie) que par sa date.

56. Voir le rapport rédigé en septembre 1942 par un capitaine allemand d’un bataillon de réservistes d’un régiment de police, cité par Christopher R. Browning, op. cit., p. 48-53, où est évoqué le mécanicien qui, “ malgré les demandes répétées […], ne pouvait aller plus vite ”.

57. Lucie Aubrac, Ils partiront dans l’ivresse, Paris, Le Seuil, 1995, p. 114.

58. Peter Sichrovsky, Naître coupable, naître victime. Des enfants de nazis et de jeunes Juifs d’Autriche et d’Allemagne témoignent, Paris, Éd. Maren Sell, 1987 (l’édition allemande est de 1985), p. 8.

59. Ibid., p. 142. Le témoignage de cet homme est curieux, car s’il s’étend sur ses souvenirs d’enfance (les cadeaux de Noël, les œufs de Pâques, la régularité hebdomadaire – tous les mercredis – de la scène primitive), il ne nous apprend rien sur le rôle de son père pendant la guerre.

60. Op. cit., p. 147-151. Dans les pages suivantes (p. 152-156), Raul Hilberg explique les conditions réglementaires et tarifaires du transport des Juifs par la Reichsbahn. Voir aussi Raul Hilberg, La destruction des juifs d’Europe, Paris, Arthème Fayard, 1988, p. 399-401.

61. Fred Kupferman, Les premiers beaux jours, 1944-1946, Paris, Calmann-Lévy, 1985, p. 175.

62. Christopher R. Browning, op. cit., notamment p. 99-104 et 173.

63. Simone Lagrange, Coupable d’être née. Adolescente à Auschwitz, préface d’Élie Wiesel et postface de Bertrand Poirot-Delpech, Paris, L’Harmattan, 1997, p. 39-47.

64. Gérard Rabinovitch, Questions sur la Shoah, Paris, Milan, 2000, 64 p. L’unique mention des transports, et non explicitement des chemins de fer, concerne l’absence de “ mise sur pied d’une administration parallèle pour la gestion des problèmes d’identification, de capture, de regroupement des populations juives, de leurs convoyages, de leur destruction ” et correspond en partie au sujet de notre colloque, p. 30. Sans légende, une photographie (du fonds du Centre de documentation juive contemporaine) représentant trois visages derrière une ouverture pratiquée dans un wagon et obstruée par du fil de fer barbelé occupe la moitié de la première page de texte, p. 3.

65. Christian Chevandier, Bœufs et voituriers…, op. cit.

66. Christian Chevandier ; Anne Sarazin, Les cheminots de la région de Lyon pendant la guerre, exposition présentée dans les gares et sites ferroviaires de la région lyonnaise, printemps 1995, au Centre d’histoire de la Résistance et de la Déportation, Lyon, hiver 1996. Le convoi du 11 août 1944, dont 128 des 430 déportés furent gazés à l’arrivée à Auschwitz (Serge Klarsfeld, Vichy-Auschwitz. Le rôle de Vichy dans la solution finale de la question juive en France, t. 2, 1943-1944, Paris, Fayard, 1985, p. 393), était mentionné pour l’année 1942. Personne ne fit remarquer aux auteurs de l’exposition cette erreur.

67. Georges Ribeill, Le personnel de la SNCF (1937-1981). Contraintes économiques, issues techniques, mutations professionnelles et évolutions sociales. Les cours successifs d’une entreprise publique, Paris, Développement et aménagement, 1982, XIII-633 p. (l’auteur précise néanmoins qu’il a “ pris résolument le parti de délaisser la période 1939-1944 d’une redoutable complexité ”, p. III).

68. La conclusion ne fut pas publiée avec les textes des communications présentées au colloque, dont le volume avait été diffusé avant la réunion. Denis Peschanski, Jean-Louis Robert (sous la dir. de), Les ouvriers…, op. cit.

 69. Steven Zdatny, Coiffure, famille, patrie. Artisans, collaboration et Résistance, 1940-1944, Paris, L’Atelier de l’Archer, 1999, 75 p.

 70. Claude Singer, Vichy, l’Université et les Juifs, Paris, Les Belles Lettres, 1992, 442 p.

 71. Christian Bachelier, La SNCF sous l’Occupation allemande, 1940-1944, Rapport documentaire, Paris, IHTP-CNRS, 1996, 1 534 p. ; 914 p. en 2 vol. et 2 vol. d’annexes.

 72. Christian Bernadac, Le train de la mort, Paris, France-Empire, 1970, 367 p. ; Train 7909 destination Dachau, Paris, Michel Lafon, 1994, 390 p. Cet ouvrage n’est à ­aucun moment un réquisitoire contre les cheminots et, comme ceux que nous avons pu lire dans d’autres textes, les témoignages cités les présentent comme serviables (par exemple, en gare de Reims le 2 juillet 1944, p. 171-173 de l’édition de 1970, p. 173-175 de l’édition de 1994).

73. Léon Poliakov, Bréviaire de la haine. Le IIIe Reich et les Juifs, Paris, Calmann-Lévy, 1951, p. 160-207. “ Le cas particulier de la France de Vichy ” considère l’organisation des rafles et le rôle de l’appareil de l’État français dans celles-ci, p. 201-206.

 74. Nuit et brouillard.

 75. Serge Klarsfeld, L’étoile des Juifs, Paris, L’Archipel, 1992, p. 9.

 76. Nous en avons parcouru plus d’une centaine, de manière non systématique. Ce chiffre n’a de fait aucune signification, puisqu’il correspond à des récits de taille, de nature, de date, de fonction très différentes. Pour des raisons évidentes, il s’agissait surtout, mais pas exclusivement, de récits de déportation vers des camps de concentration et non d’extermination.

77. Seules mentions faites dans Le grand livre des témoins édité par la Fédération nationale des déportés et internés résistants et patriotes : “ Pas besoin d’enveloppe, le petit billet était lancé sur la voie. Des cheminots avaient vu le manège ”, “ Aux cheminots que nous croyions distinguer sur les quais des gares, nous jetions des billets, semblables aux navigateurs en détresse qui confient au hasard d’une bouteille ballottée sur les flots leur dernière pensée ” (témoignages de Roger Linet et Denise Dufournier), Paris, Ramsay/FNDIRP, 1995, p. 136 (les pages 135 à 142 sont consacrées au transport ferroviaire).

 78. Ainsi, une déportée évoque les cheminots comme “ seule exception dans cette impression permanente d’indifférence générale ”, citée par Éric Conan, Sans oublier les enfants. Les camps de Pithiviers et de Beaune-la-Rolande, 16 juillet – 16 septembre 1942, Paris, Grasset, 1991, p. 146.

79. Serge Klarsfeld, Vichy-Auschwitz…, op. cit., t. 2, p. 176-177.

80. Voir lettre no 9, Le grand livre…, op. cit., p. 137.

81. Par exemple, à propos de son beau-frère, Jean Jerôme, La part des hommes, Paris, Acropole, 1983, p. 255.

82. Serge Klarsfeld, Vichy-Auschwitz. Le rôle de Vichy dans la solution finale de la question juive en France, t. 1, 1942, Paris, Fayard, 1983, p. 162.

83. Pierre Laborie, L’opinion française sous Vichy, Paris, Le Seuil, 1990, 405 p.

84. Serge Klarsfeld, Vichy-Auschwitz…, op. cit., t. 1, p. 147.

85. Pierre Durand, Le train des fous. 1939-1945, le génocide des malades mentaux en France, Paris, Messidor, 1988, 179 p. Les transports ferroviaires n’eurent aucun rôle dans la politique d’extermination des malades mentaux en Allemagne nazie, a fortiori dans la surmortalité asilaire observée dans la France de Vichy. Sur cet ouvrage, voir le compte rendu d’Henry Rousso dans Vingtième siècle, no 21 (janvier-mars 1989), p. 157.

86. Le compte rendu sténographique en a été publié chez Albin Michel en 1998, soit 2 tomes de 953 et 973 pages.

87. Hervé Joly, “ L’implication de l’industrie chimique allemande dans la Shoah : le cas du Zyklon B ”, Revue d’histoire moderne et contemporaine, no 47-2 (avril-juin 2000), p. 368-400.

88. “ Les cheminots furent-ils des collaborateurs ? Certains ont cherché à nous faire croire que les chemins de fer ont été au cœur du système concentrationnaire allemand : selon eux, sans les cheminots, les mécaniciens et les chauffeurs, les wagons de la mort n’auraient pas circulé ” (Pierre Outteryck, Mémoire cheminote en Nord – Pas-de-Calais, cheminots et chemins de fer du Nord, 1938-1948, Lille, Comité d’établissement régional de la SNCF de Lille, 1995, p. 45).

89. “ Il est souvent reproché que les trains de la mort avaient des mécaniciens et des chauffeurs, que les passages à niveau fonctionnaient parfaitement ; si cela est vrai on ne peut pas oublier la part prépondérante des cheminots dans la Résistance. Le film La bataille du rail de René Clément, sur l’héroïque combat des cheminots, peut répondre par avance à cette terrible constatation ” (Bernard Thibault in Gerhard Leo, Un Allemand dans la Résistance. Le train pour Toulouse, Paris, Tirésias, 1997, p. 17). Remarquons d’une part l’affirmation discutable du caractère récurrent du reproche, d’autre part que ce sont les mécaniciens, les chauffeurs, les gardes-barrières dont le travail est évoqué par le syndicaliste, et non les directeurs et ingénieurs. Michel Ionascu a, dans sa thèse, souligné à ce propos l’utilisation du “ cinéma comme élément de preuve face à des faits sociaux réels ” (op. cit., p. 298).

90. Outre les procès-verbaux des différentes structures de l’AHICF au sein desquelles il est intervenu en ce sens, voir le dossier qu’il a réalisé : “ À partir d’une polémique ouverte sur les trains de déportés ” (Les Cahiers de l’Institut d’histoire sociale de la Fédération des cheminots CGT, no 4, 1999, p. 2-16).

91. Rapports blancs des Renseignements généraux du 8 mars 1972 (avec en-tête dactylographié “ Préfecture de Police ”) et du 7 mars 1975, Archives de la préfecture de Police, dossier A 4-2 . 389. Le patronyme du secrétaire de la Fédération des cheminots y est toujours orthographié “ Massabiaux ”.

92. La chronologie témoigne du fait qu’elle n’est pas liée à la nomination d’un communiste au ministère des Transports.

93. Sylvie Lindeperg, op. cit., p. 83.

94. “ Ce n’est pas collaborer avec l’ennemi que de garder les charges que l’on avait acceptées en temps de paix, ce n’est pas une sinécure que de garder un poste où l’on se trouve dans la nécessité d’entrer en contact avec l’ennemi. C’est au contraire une pénible tâche, une périlleuse mission, il faut la remplir mais à condition que l’on se sente l’âme assez forte pour que ces relations ne se transforment pas en amitié ou en servitude ” (La Voix du Nord, 20 août 1941). Dès le no 1 (avril 1941), de nombreux articles traitent dans chaque numéro du pillage du pays par les Allemands sans que soient à aucun moment mis en cause les cheminots.

95. Annette Wieviorka, Déportation et génocide, entre la mémoire et l’oubli, Paris, Plon, 1992, 506 p. La thèse à l’origine de cet ouvrage a été soutenue en décembre 1991 ; une nouvelle édition est parue en collection de poche (“ Points-Seuil ”) en 1995. Elle s’inscrit ainsi dans la chronologie de l’évolution de la problématique.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search