4.3 Syndicalistes cheminots et images de la Résistance

UNE ENTREPRISE PUBLIQUE DANS LA GUERRE : LA SNCF, 1939-1945


Quatrième partie : La résistance ferroviaire – Souvenir, mémoire et représentations


Serge Wolikow – Syndicalistes cheminots et images de la Résistance

Étudier la Résistance et la SNCF mériterait un colloque entier tant le sujet est vaste et appelle des angles d’attaque différents ; c’est la raison pour laquelle j’ai choisi de l’aborder seulement par un de ses aspects, celui des images et des représentations. Les recherches de ces dernières années ont souligné le jeu et l’impact des différentes mémoires qui pesaient sur la part prise par les cheminots dans la Résistance. Il est vrai que pendant longtemps deux mémoires se sont affrontées : celle de l’entreprise, qui se présentait dans son ensemble comme résistante, et celle de la CGT, qui mettait l’accent sur le rôle prépondérant, sinon exclusif, du syndicalisme dans la Résistance. En dépit de ces divergences, il reste que les cheminots ont bénéficié, plus que toute autre catégorie, d’une image résistante positive au lendemain de la guerre. Le rôle de la bataille du rail magnifié dans un film-manifeste en 1945 avait contribué à ancrer de manière durable cette représentation dans la mémoire collective. Mais ces mémoires se sont érodées et affaiblies, laissant progressivement la place à de nouveaux stéréotypes critiquant l’ensemble de la corporation : l’interpellation à son égard a pris la forme d’une suspicion générale concernant la complicité institutionnelle de la SNCF. Je laisserai de côté l’évolution de cette mémoire abordée par Ch. Chevandier en tant que telle.

Pourquoi revenir sur la question des images de la Résistance alors que ce colloque est marqué par l’annonce tant attendue de l’ouverture des archives ? Ce n’est pas pour minorer l’importance d’un événement attendu par tous les historiens mais seulement parce qu’il y a nécessairement un écart entre l’annonce de l’ouverture des archives et l’accès effectif à celles-ci : sous peine de déceptions graves il est donc utile de réfléchir préalablement à la nature des archives et à leurs usages. Ces dernières années j’ai eu, comme historien, à traiter ces questions à propos des archives russes. La question posée par ces archives concernant la SNCF pendant la guerre est de savoir si les fonds récupérés au Centre d’archives historiques de la SNCF au Mans nous permettront ou non d’avancer substantiellement dans la connaissance de la Résistance à l’intérieur de l’entreprise.

Le professeur René Rémond a évoqué la qualité et le nombre des travaux historiques impulsés par les chercheurs avec l’encouragement des pouvoirs publics depuis les années 1950 en ce qui concerne la Résistance – de ce point de vue les dossiers, les enquêtes menées par le Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale ont constitué une documentation incomparable et servi de soubassement à des travaux de recherche de grande qualité. Il reste que la connaissance précise de la résistance cheminote marquait le pas du fait de l’absence d’archives. Aujourd’hui la situation a évolué partiellement : avec l’accès aux archives publiques pour la période de la guerre et de l’Occupation la donne a changé. Pourtant les attentes ne se tournent pas vers la Résistance, comme si les vieilles images constituaient l’horizon indépassable de nos connaissances dans ce domaine. Or les monographies qui, ces dernières années, ont été consacrées à des entités particulières de la SNCF, que ce soient les ateliers d’Oullins1 ou des villes comme Migennes2, etc., ont mis au jour une activité résistante d’une grande richesse mais aussi d’une complexité souvent ignorées.

Si cependant j’ai, dans cette communication, choisi d’évoquer les images de la Résistance en tant que représentations collectives ou stéréotypes, c’est qu’elles sont le produit d’une mémoire construite qu’on ne peut ignorer au moment où l’on réfléchit à la façon d’avancer dans la connaissance effective de l’activité résistante. En effet, ces images constituent un écran qui masque une grande partie de la diversité résistante en même temps qu’elles rappellent à l’historien combien la dimension symbolique de la résistance des cheminots est également une composante de sa réalité historique. Aujourd’hui, plutôt que de les récuser, il faut interroger ces images et les stéréotypes dont elles sont porteuses comme autant de symptômes utilisables pour le travail historique.

On évoquera ainsi successivement les trois points suivants : la place de la résistance syndicale dans les représentations et les images de la Résistance en général, en premier lieu ; ensuite, l’activité du syndicalisme cheminot, ses difficultés et sa place dans la Résistance ; enfin, les formes de l’activité résistante, marquée par le syndicalisme, à travers les approches diverses et les chantiers de recherche en cours.

LA PLACE DE LA RÉSISTANCE SYNDICALE DANS LES REPRÉSENTATIONS DE LA RÉSISTANCE

On peut évoquer deux grands types d’images : les films, les mémoires de militants, qui renvoient aux deux mémoires souvent évoquées pour les interroger du point de vue de l’histoire du syndicalisme.

La bataille du rail – film très connu et qui a une grande importance du point de vue de la construction de la mémoire de la résistance cheminote – a suscité de nombreuses études dont celles que je lui ai consacrées3. Je me contenterai d’examiner le film du point de vue du syndicalisme dans l’action résistante : or le film est entièrement muet sur ce point. Il “ fait une impasse ” complète aussi bien sur le syndicalisme comme organisation que sur le syndicalisme comme mouvement social. On n’y trouve aucune action collective référée à des revendications économiques. L’entreprise, sa direction comme son encadrement apparaissent impliqués dans la Résistance. Ils sont ainsi lavés de toutes compromissions tant avec l’État français qu’avec l’occupant : le scénario met en scène la participation des ingénieurs à l’organisation de l’activité résistante au plus haut niveau. Le seul personnage négatif de cheminot est celui d’un chef de gare froussard qui, à la fin du film, ne sait pas quand sortir les drapeaux dans sa gare pour saluer les résistants.

Les moyens techniques mis à la disposition du film par la SNCF, la qualité des détails et des scènes d’actions, le type de tournage sont autant de facteurs qui ont donné à ce film de réconciliation et de consensus patriotique reconstructeur un statut de référence. Comment interpréter l’absence complète de référence au syndicalisme ? Elle traduit la difficulté d’évoquer la division ­syndicale durable sous des formes diverses et l’affaiblissement global du ­syndicalisme.

La représentation fournie par les mémoires des militants et des syndicalistes n’est paradoxalement pas très différente sur ce point, même si elle fait une petite part à l’activité syndicale. On pourrait citer différents ouvrages, des commémorations anciennes ; je m’en tiendrai à l’ouvrage de Robert Hernio, ancien secrétaire général de la Fédération syndicale des cheminots, et aux témoignages que j’ai recueillis dans la perspective d’une exposition organisée par le Comité central d’entreprise de la SNCF au début des années 19904.

Ce qui ressort de la plupart de ces témoignages, qui mettent en scène l’action résistante des syndicalistes, c’est la grande discrétion avec laquelle ils en parlent. Les allusions au syndicalisme légal sont rares, la scission comme la réunification sont des moments peu évoqués, de même que les divergences internes dans le syndicat réunifié. Les formes d’actions sont rapportées au Parti communiste, aux comités populaires et, quelquefois, au Front national.

Ainsi, contrairement à une idée préconçue, il n’y pas d’histoire vraiment triomphante du syndicalisme cheminot pendant la guerre – de ce point de vue le chapitre sur la période de l’ouvrage Les cheminots dans l’histoire sociale de la France rédigé sous la direction de Joseph Jacquet est assez mesuré, même s’il présente les caractéristiques d’une histoire officielle qui reste très allusive sur les problèmes rencontrés par l’organisation syndicale durant la période5.

Au bout du compte, les figures héroïques et les martyrs des cheminots résistants tels Sémard, Catelas ou Wodli constituent des témoignages emblématiques de l’engagement de dirigeants syndicaux communistes dans la Résistance à travers un engagement qui justifie l’impossible compromis entre ce qu’on appelait “ réformistes et révolutionnaires ” dans l’organisation. L’image héroïsée de la résistance cheminote laisse à l’arrière-plan l’activité syndicale quotidienne et son lien avec la Résistance.

L’ÉVOLUTION ET LES DIFFICULTÉS DU SYNDICALISME CHEMINOT ET SA PLACE DANS LA RÉSISTANCE

Ces images contradictoires et différentes de la Résistance qui font, toutes, le silence ou l’impasse sur le syndicalisme dans la Résistance constituent ainsi le symptôme d’une difficulté à raconter l’histoire de l’entreprise, de ses per­sonnels et du syndicalisme durant la guerre. On doit certainement distinguer trois niveaux d’approche : l’entreprise dans la Résistance, la résistance de l’entreprise en tant que telle à l’échelle nationale, les formes de résistance dans l’entreprise.

C’est principalement à ce troisième niveau que se situe l’activité syndicale… même si le syndicalisme est inséparable de la politique générale de l’entreprise.

Des colloques, des travaux de recherches sur les cheminots et le syndicalisme pendant la guerre ont été menés depuis une vingtaine d’années, malgré la pénurie d’archives et la fermeture de celles de la SNCF. De tout cela il ressort malgré tout que le syndicalisme cheminot, le plus puissant sans doute à la veille de la guerre, est l’un de ceux qui a subi la plus forte décadence. Ce n’est pas le lieu de revenir sur cette histoire en détail, même si elle le mériterait : des divisions très violentes, la condamnation de Sémard et Tournemaine par un tribunal militaire, leur condamnation sur la base des accusations de leurs anciens camarades au printemps 1940, ensuite la mise en place d’un syndicat légal qui, non sans difficultés et précautions, réussit à conserver une influence jusqu’en 1944. Il y a également la création des comités populaires cheminots dès l’automne 1940 qui se maintiennent jusqu’en 1944, malgré l’existence d’une fédération illégale marquée par une réunification difficile, etc.

Apparaît ainsi, d’une part, la difficulté d’assumer un héritage organisationnel syndical. D’autre part, le syndicalisme cheminot, avec ses formes de représentations, de délégués du personnel, entrait en contradiction avec les orientations générales de l’État français de Vichy mais, aussi, avec le climat de revanche sociale dans l’entreprise comme l’attestent les circulaires de juillet et août 1941 qui mettent à l’ordre du jour la chasse anticommuniste et envisagent également de livrer les listes de militants aux autorités allemandes, cela dès le 14 août.

En fait le syndicalisme, résistant ou pas, dans l’entreprise a perdu une grande part de son influence et de son rôle dès le début de la guerre et, a fortiori, durant l’Occupation. Celui qui participe à la Résistance le fait de manière illégale et clandestine et ne l’affiche pas toujours, compte tenu de l’imbrication des rôles. Ainsi, la politique d’entrisme dans les syndicats légaux ne s’accompagne pas d’une expression résistante ouverte, sauf lors de certaines actions exceptionnelles comme les grèves et les manifestations des cheminots de Dijon en décembre 1943. Cette activité souterraine, pourtant décisive, n’est pas répertoriée comme résistante, alors qu’elle est inséparable des actions ­visibles contre l’occupant.

LE ROLE DES PRATIQUES SYNDICALES DANS LES FORMES DE L’ACTIVITÉ RÉSISTANTE

Ce serait une erreur de ne pas prendre en considération l’importance des pratiques syndicales et des modes d’action revendicatifs dans l’organisation de l’action résistante.

Que ce soient les pétitions, l’élaboration de cahiers de revendications, des revendications très concrètes sur les vêtements, le ravitaillement, les modalités des arrêts de travail, les formes d’organisation des manifestations dans des ateliers, des dépôts, des gares, il y a là toute une expérience syndicale mobilisée dans un contexte de lutte et d’action dans lesquels les anciens de la CGTU ou du PC se retrouvent les plus à l’aise. L’activité résistante au quotidien, dans les dépôts notamment, s’enracine dans ce type de pratiques.

Cela dit, l’articulation avec la lutte armée et les actions de sabotages posèrent des problèmes rarement évoqués dans les témoignages et que les archives permettent difficilement de saisir.

Du point de vue de l’histoire du syndicalisme cheminot – il est certain que l’épisode doit être replacé dans la longue durée, car la période de la guerre durcit les conflits internes sans vraiment les dépasser – l’opposition entre syndicalisme d’action et de négociation se renforce et, à la faveur de la guerre, tourne finalement en faveur du syndicalisme d’action et de mobilisation. Il reste qu’à la Libération, dans le contexte de la reconstruction, cette posture est difficile à tenir – les ruptures de 1947 arrivent suffisamment vite pour que la question soit réglée par une nouvelle scission qui tend à opposer les deux formes de syndicalisme. De plus, à la faveur de la Résistance et de la répression, une nouvelle génération de syndicalistes qui sont arrivés dans le contexte de l’illégalité et du combat résistant prennent durablement en main l’organisation syndicale CGT.

Si l’on se place du côté de la Résistance, il est certain que les pratiques syndicales ont irrigué la mobilisation de masse dans cette profession, même si elle restait minoritaire et inégale.

Quelques pistes ou chantiers de recherches peuvent être esquissés, bien que les problèmes évoqués reposent sur une base documentaire qui n’a pas été sensiblement élargie depuis des années. Cela conduit à travailler sur des exemples qui sont difficilement comparables et intégrables dans des réflexions d’ensemble.

De ce point de vue, on peut espérer, d’une part, que les archives permettront d’accéder à une vision plus fine, diversifiée de l’action de résistance mais aussi des actions revendicatives, des relations nouées à l’intérieur de l’entre­prise dans ce cadre. Il est, d’autre part, certain que l’accès aux dossiers généraux devrait permettre une meilleure évaluation de ce qu’a été la part de l’activité revendicative dans l’entreprise, de même qu’elle permettra une appréciation des destructions, des freinages de différentes sortes qui peuvent être mis au compte de l’activité résistante. Des études quantitatives des diverses formes de manifestations collectives : délégations, arrêts de travail, etc., deviendront-elles possibles ? C’est ce que l’on peut souhaiter.

On ne peut donc qu’attendre avec une certaine impatience et un optimisme raisonnable la possibilité d’engager des recherches à partir des archives de l’entreprise.

Il ne semble pas qu’une connaissance affinée de la Résistance sous ses différentes formes contribue à effacer l’image résistante des cheminots. Cela peut, au contraire, contribuer à restituer leur véritable dimension à des formes d’action qui, pour n’être pas toutes héroïques, ont témoigné d’un engagement dont le caractère exceptionnel ne peut pas être gommé.

______________

1. Christian Chevandier, Bœufs et voituriers, les travailleurs des Ateliers SNCF d’Oullins (1938-1947), mémoire de maîtrise, Université Louis-Lumière – Lyon II, 1986.

2. Fouanon, La Résistance à Migennes, mémoire de maîtrise, Université de Bourgogne, 1997.

3. Voir Serge Wolikow, “ La bataille du rail : la création d’une image collective de la résistance des cheminots ”, L’Avant-scène Cinéma, no 442 (mai 1995), p. 74-77.

4. Voir la communication de Maryline Gyrard.

5. Joseph Jacquet et al., Les cheminots dans l’histoire sociale de la France, Paris, Éditions Sociales, 1967, 318 p., chap. V, p. 151-194 : “ L’épopée glorieuse ”.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search