4.2 Le train pour l’évasion de Paul Langevin (2 au 5 mai 1944)

UNE ENTREPRISE PUBLIQUE DANS LA GUERRE : LA SNCF, 1939-1945


Quatrième partie : La résistance ferroviaire – Souvenir, mémoire et représentations


Sylvie Provost – Le train pour l’évasion de Paul Langevin (2 au 5 mai 1944)

LE TRAIN, UN MOYEN DE RÉDUIRE LES DISTANCES, LE TEMPS ET LES DANGERS

Les acteurs

Afin de présenter fidèlement les faits relatifs à l’évasion du physicien Paul Langevin à son fils André qui allait publier en 1972 son livre intitulé Paul Langevin, mon père, Bernard Persoz organise le 11 novembre 1970 à son domicile parisien une rencontre avec l’auteur et l’acteur principal de cette libération et quelques membres de la famille Langevin ; les conversations sont enregistrées durant quatre heures sur trois magnétophones. Une transcription de ces discussions et quelques lettres me furent données par M. Persoz en 19931. Parmi les quelque vingt-cinq personnes qui prirent part à cette opération périlleuse, seuls l’organisateur Léon Denivelle et René Mann, qui accompagna le physicien de Paris à la frontière suisse, sont là pour témoigner de ce qui s’est passé vingt-six années auparavant.

Léon Denivelle (1905-1992), professeur de chimie tinctoriale au CNAM de 1941 à 1974, fait partie des services de renseignements et de la ­Résistance.

René Mann, ingénieur chimiste, élève de Bernard Persoz puis de Léon Denivelle, membre du réseau des Forces françaises de l’intérieur, réalise en grande partie le passage clandestin du célèbre physicien.

Paul Langevin (1872-1946), savant de renom international, a étudié la constitution de la matière, le magnétisme à l’échelle moléculaire, l’effet piézo-électrique pour la détection sous-marine. Il est membre de l’Académie de marine, de l’Académie royale des sciences de Londres en 1928, et de celle de Paris en 1934.

Après la capitulation de la France devant les forces de l’Allemagne nazie, bien que susceptible d’être arrêté, Langevin considère de son devoir de rejoindre son poste de directeur de l’École de physique et chimie de Paris. Le 30 septembre 1940, il est arrêté et emprisonné à la Santé, puis est mis en résidence surveillée à Troyes où, deux fois par semaine, il doit émarger au commissariat. Après quatre ans de résidence forcée et quelques mois avant le débarquement en Normandie, Frédéric Joliot demande à Denivelle de préparer une évasion du physicien en Suisse, pour qu’il ne soit pas pris en otage par les Allemands à la Libération.

L’évasion

Le 2 mai 1944, Langevin, qui est âgé de 72 ans, signe une dernière fois au commissariat de Troyes. Une 202 Peugeot que possédait son ami Grégory, président de la Société des terres rares, l’amène à la gare de Romilly à 39 km de Troyes afin de prendre le train à destination de Paris-Bastille. René Audubert, chargé de cours d’électrochimie au CNAM, et Marguerite Quintin, son assistante, l’attendent à la gare, mais le train arrive plus tard que prévu, après le couvre-feu. Langevin reste prudemment dans la salle d’attente et, au petit matin du 3 mai, il arrive au studio parisien d’Audubert, ayant reçu de lui, auparavant, le plan d’accès et la clé du pied-à-terre. Il y séjourne jusqu’au 4 mai et Audubert voit arriver, sans le savoir, après le coup de sonnette convenu, Denivelle Léon et Mann. Ce dernier doit amener Langevin à la frontière suisse, vers son nouveau domicile, celui d’Adrien Perret, ami de Denivelle qui a enseigné avant la guerre à l’École de chimie de Mulhouse. Il accepte d’accueillir le fugitif “ avec le plus grand plaisir ”2. Langevin et Mann doivent passer la frontière avant le délai des trois ou quatre jours entre les deux émargements hebdomadaires au commissariat.

La durée, courte, imposée au trajet restant, soit moins de vingt-quatre heures, la distance, longue, séparant Paris de Belfort, soit 443 km avec 50 km en zone interdite le long de la frontière suisse, furent l’enjeu risqué de cette évasion. Seul le train offrait la réponse à cette équation difficile consistant à allier rapidité, confort, secret et sécurité relative du trajet jusqu’à Belfort, en échappant de fait à tout contrôle de police.

N’ayant pu obtenir deux places en couchettes, Denivelle, Mann et Langevin arrivent une heure avant le départ à la gare de l’Est. Ils s’installent dans un compartiment vide, bavardent, accompagnés jusqu’au départ du train par “ un ami de la SNCF, membre du même réseau de résistance et qui donne des instructions au contrôleur afin de ne pas déranger, sous aucun prétexte, ces deux passagers, jusqu’à Belfort ” ; [ce qui fut fait] “ et c’était un luxe à l’époque d’avoir un compartiment pour deux personnes ”3. Mais les deux vrais propriétaires des places se sont présentés ; le premier a accepté l’argument du “ voyage officiel ”, mais le second menaça d’aller s’expliquer avec lui devant le chef de gare français, ce que Denivelle voulait éviter surtout ; il lui proposa donc froidement d’aller régler l’affaire avec le service des officiers allemands du contrôle de la gare, sous-entendant que la petite équipée dépendait directement de leur autorité… Le second passager se résigne, en maugréant, quand on lui propose cette deuxième option, imprévue et audacieuse…

L’arrivée à Belfort se fait avant le lever du couvre-feu, obligeant ainsi les passagers à patienter dans la salle d’attente où les contrôles d’identité se faisaient régulièrement. Aussi le chef de gare de Belfort et un de ses employés, membres du réseau, ont-ils enfermé Langevin et Mann dans leur compartiment et mis le wagon verrouillé sur une voie de garage. Puis, après le contrôle extérieur des wagons par les Allemands et le lever du couvre-feu, le chef de gare a libéré le fugitif et son compagnon de cavale de cette prison provisoire. Il était donc essentiel pour ce trajet Paris-Belfort d’avoir deux couchettes et trois membres efficaces du réseau de résistance des Forces françaises de l’intérieur de la SNCF.

À 8 heures du matin, René Léger, ingénieur de la navigation sur le canal du Rhône au Rhin, membre du réseau de renseignements Bruno-Kléber, accueille Langevin et Mann avec une 202 Peugeot portant à l’avant une plaque en lettres gothiques noires sur fond jaune, “ Wasserstrassenamt ”. Les deux passagers sont conduits à la soupe populaire de Montbéliard qui leur offre un déjeuner très simple.

Refusant de se cacher dans le coffre de la voiture, où il craignait de mal respirer, Langevin se voit remettre à nouveau de faux papiers d’identité : il s’appelle Léon Philipe Pinel, retrouvant malicieusement le nom de sa mère. Pour quelques heures, Langevin devient ingénieur des Ponts et Chaussées, ayant sur ses genoux un volumineux dossier d’un projet de barrage à Vaufrey, non loin de la frontière, là où ils doivent la traverser. “ Faire circuler la voiture dans un chemin forestier et […] trouver une justification de telles divagations […] [c’est entendre que M. Léger] […] conduit sur le terrain une mission chargée d’étudier les [sols] aux abords du barrage […]. La voiture prend le chemin du Lomont et, vers 10 heures, elle arrive au petit village frontière de Chamesol, où rendez-vous a été donné à deux agents du réseau, les frères Scacetti, qui doivent aider le professeur à franchir la partie la plus difficile du ­parcours.

“ La voiture continue sa route jusqu’à l’extrême limite de ses possibilités et, lorsque le chemin devient trop étroit, il faut faire descendre les passagers qui doivent continuer à pied. C’est ici la route des agents du réseau par où passent les renseignements précieux… C’est la route qu’on fait prendre aux personnalités qui doivent se rendre en Suisse, et aussi aux pilotes d’avions alliés que l’on conduit vers la liberté. Sur cette route il y a un passage extrêmement périlleux appelé Combe Semont… Ce sera la plus dure épreuve physique pour le professeur.

“ À la fatigue que constitue ce passage s’ajoute le danger, car, dans le fond de la combe, il y a un chemin de ronde parcouru souvent par des patrouilles accompagnées par des chiens policiers. Peu de temps après le passage du professeur, un des agents que l’on a trouvés à Chamesol est tombé dans une embuscade et n’a pu être sauvé que de justesse, mais grièvement blessé.

“ Grâce aux solides gaillards qui [les] avaient rejoints à Chamesol, le professeur est littéralement transporté dans un délai record jusqu’à la borne frontière no 455 qui marque l’arrivée en territoire suisse. C’est ici que le professeur, à bout d’émotion, a laissé couler quelques larmes, assis sur la borne 4.”

C’est à cette borne que Philippe Alleman, qui a la double nationalité française et suisse, “ attendait l’arrivée du professeur et c’est là que se firent les adieux entre Langevin et Mann qui devait retourner à Paris ”5.

Ainsi furent parcourus quelque 500 km séparant Paris de la Suisse sans avoir le moindre contrôle de police ou d’affrontement violent dans la zone interdite. Pour les derniers 5 km à pied, Alleman avait organisé la couverture latérale à droite et à gauche de leur passage ainsi qu’une arrière-garde. Cette protection d’une quinzaine de Francs-Comtois très discrets est obtenue par leur transformation en faux bûcherons, faux gardiens de troupeaux et faux contrebandiers. “ Les paysans alertaient et ces gens-là se laissaient prendre ; cela occupait une patrouille et les autres passaient6. ”

Langevin retrouve sa liberté, son être vrai, oubliant déjà les masques des fausses identités, des professions inventées, sorte de théâtralité construite pour conjurer la peur de la mort possible en l’esquivant toujours par l’organisation, l’intelligence, l’improvisation créative parfois. Les larmes du professeur étaient peut-être celles d’un retour à la sensibilité perdue, d’une rupture envers le mépris et le contrôle permanent de la part des occupants, de la fin de la peur, du soulagement d’avoir échappé à la mort.

LES MOMENTS DE RIGUEUR ET LES INSTANTS CRÉATIFS

Les moments de rigueur

Ils sont obtenus par la prudence, la stratégie du “ contournement de la violence de l’adversaire, […] en maintenant la distance entre l’occupant et l’occupé, […] moyens subtils et secrets [qui déstabilisèrent] ces experts en ­violence ”7.

La prudence fut celle d’Audubert et de Marguerite Quintin qui préparèrent la première partie du trajet Troyes-Paris en rendant visite plusieurs fois à Langevin dans sa résidence surveillée ; ils donnèrent la possibilité au professeur de reprendre l’initiative si un aléa imprévisible se présentait, donnant le plan d’accès du studio parisien et la clé du premier refuge. Prévoyance nécessaire puisque le train en gare de Paris-Bastille arriva en retard après le couvre-feu. Enfin, le seul organisateur de l’ensemble de cette évasion, Denivelle, a partagé sagement en trois étapes cette expédition dangereuse : la première est de la responsabilité d’Audubert pour le trajet Troyes-Paris de Langevin et son hébergement parisien de deux nuits. La deuxième est de celle de Mann dans le train Paris-Belfort ; la troisième repose sur René Léger pour le parcours de Belfort à la frontière suisse, aidé de Philippe Alleman qui accompagna le professeur jusqu’à son nouveau domicile suisse de Neuchâtel.

À cette séparation géographique s’ajoute celle des difficultés résolues par un déploiement de réseaux différents :

— celui des chimistes résistants des FFI comme Audubert qui offre son pied-à-terre parisien, Mann qui a cette expérience des déplacements clandestins entre Paris et la frontière suisse, et Denivelle pour son grand pouvoir d’organisation ;

— le réseau des membres de la SNCF, chefs de gare, employés, ou contrôleurs, résistants des FFI pour leur assistance discrète et leur technique d’évitement des contrôles allemands ;

— enfin, le réseau de renseignements du 2e Bureau de l’armée qui avait deux représentants, Denivelle et Mann, dont l’accoutumance au danger et l’assurance étaient précieuses ; René Léger, membre du réseau Bruno-Kléber, facilitait le déplacement en zone frontalière dite interdite et Philippe Alleman, lié aux renseignements suisses, permettait l’accueil dans ce pays de la liberté. Et même la force physique de l’un des membres de ce réseau fut le gage de réussite de l’entreprise : épuisé, Langevin ne fut-il pas amené à dos d’homme, sur les épaules solides de “ Rico ”, l’un des frères Scacetti pour franchir les derniers mètres du passage est de la Combe Semont et atteindre la borne frontière no 455 très rapidement ?

La rigueur, c’est prévoir, imaginer les embûches possibles et être exactement en phase avec l’action du moment telle qu’elle avait été souhaitée, même si les protagonistes “ étai[en]t toujours à la merci d’une histoire ”8 à laquelle il fallait répondre par l’improvisation.

Les instants créatifs

C’est là où le mensonge est à l’honneur et où un objet sort de sa banalité : en effet, pour s’approprier deux couchettes de façon impromptue, il faut inventer comme excuse un hypothétique “ voyage officiel ” ou bien renvoyer le propriétaire récalcitrant non pas au chef de gare français, ce que Denivelle “ voulait éviter surtout ”, argumentant faussement que “ cela ne servirait à rien ”, mais vers “ le service des officiers allemands du contrôle de la gare ”9. Bien que le pouvoir de la SNCF soit à deux têtes, c’est vers la gueule du loup que Denivelle dirige le passager mécontent. L’énormité du discours inventé place l’interlocuteur en position psychologique d’infériorité, ce qui l’amène à répondre, la peur l’envahissant : “ Bon et bien je comprends, je comprends alors dans ce cas-là10. ” Cultiver la crainte par l’invraisemblance, la maîtriser par le langage, c’est finalement “ creuser un fossé infranchissable entre l’occupant et l’occupé ”11 et couper tout lien avec un chef de gare dont la fonction était de composer avec les Allemands devenus ses supérieurs hiérarchiques. Mais plus originale est l’histoire de la vipère sur le ballast qui sauve Mann et sa femme Jacqueline d’un interrogatoire allemand, bien que cet événement soit postérieur de quelques mois à l’évasion de Langevin :

“ C’était au mois de juillet 1944, il y avait une vipère qui se chauffait [sur le ballast de la gare de Sainte-Ursanne. Alleman] attrape la vipère […] et […] arrive à Porrentruy avec la vipère à la main, tenue par la queue […] en la tortillant […] pour qu’elle ne puisse pas remonter. Il dit [à Mann] : “Tiens je te donne ça ! Ça peut te servir. Tu peux considérer que tu chasses les vipères pour l’Institut Pasteur.” [Mann répond :] “Chiche !” ” et la bestiole est emportée dans une boîte en carton jusqu’à sa chambre à Charquemont qui est en zone interdite. “ Et les Allemands […] ramassent [René et Jacqueline Mann] pour un contrôle12. ” Jacqueline est chargée de faire la liaison pour transmettre un code radio. Bien qu’ayant de faux papiers de la police française, ils n’avaient pourtant pas de laisser-passer rouge pour la zone dite interdite. Ils furent amenés à Montbéliard où Mann apprend que les lignes téléphoniques avaient sauté, puis à Belfort pour l’interrogatoire. Il avait, entre-temps, préparé le “ schéma d’une histoire ” avec sa femme. “ Les Allemands avaient une technique d’interro­gatoire : de crier très fort, et de casser la figure aux gens […] ; celui qui vous interroge est chargé comme un condensateur […]. Il est tout près de démarrer son feu roulant de questions, ses engueulades, ses cris, ses hurlements. Ce qu’il faut, c’est essayer de prendre la parole le premier parce ça lui coupe son effet et alors […] bon, c’est la vipère qui m’a fourni le prétexte. Quand je suis entré dans son bureau, c’est moi qui ai ouvert la bouche le premier en disant : – d’abord une question : est-ce qu’il n’y a eu personne de mordu ? – de mordu ! […] par quoi ? […] par qui ? – par la vipère ! – quelle vipère ? […] à la fin le gars ne savait plus ce qu’il voulait me demander. Donc c’est la vipère qui nous a sauvés et […] cette histoire-là a changé le cours de l’interrogatoire13. ” Pourtant au-dessus du bureau il y avait tous les bulletins de recherche et Mann se savait par les Suisses, depuis un mois, condamné à mort par contumace par les Allemands. “ Et bien c’est peut-être grâce à la vipère que le gars n’a pas eu l’idée de regarder au-dessus. ” Sa femme Jacqueline avait les fonds pour le réseau, soit 5 000 F, ce qui était énorme, mais le schéma de l’histoire était qu’ils étaient en “ virée amoureuse ”, et Jacqueline invente alors qu’elle était une fille entretenue, ce qu’il fallait taire à son fiancé. “ Le gars était tout content d’être au courant des secrets d’alcôve14. ” Cependant Mann précise que ce “ n’était pas le genre de brute qu’on connaissait d’habitude au SD ”15.

C’est la peur de la mort par piqûre venimeuse qui est renvoyée comme un boomerang à l’adversaire du moment qui joue de la vie de l’autre. Le serpent n’est-il pas “ celui qui donne la vie ou qui est le principe même de la vie […]. Il est celui qui anime et ce qui maintient […] ”16 ? Il est, selon Bachelard, “ un des plus importants archétypes de l’âme humaine […], il est la dialectique matérielle de la vie et de la mort ”17. Alleman, en offrant ce reptile, n’imaginait pas qu’il puisse préserver la vie de deux personnes et donner aux propos de Bachelard leur adéquation à une réalité dramatique.

D’autres instants créatifs font sortir de leur banalité des objets tels une vrille à mulots ou le soupirail mal fermé d’un train de la mort.

Une vrille à mulots

Deux semaines avant leur arrestation, début juillet 1944, Denivelle avait apporté de Paris, dans une énorme valise, “ tous les plans des câbles téléphoniques […] à une très grande échelle [et ils commencèrent] à couper les câbles téléphoniques systématiquement avec […] la vrille à mulots […] qui avait une grande poignée ”. René Mann précise : “ On découpait l’herbe […] on perçait un trou à l’aplomb du câble […] quand la vrille [le] touchait, on la sortait et on avait un trou bien cylindrique […]. On [y] mettait une charge et un crayon de détonateur à retardement. La terre était [remise] par-dessus, [puis] le gazon ; […] et ça sectionnait le câble sans qu’il y ait un brin de terre qui sorte à l’extérieur. Alors, avec des plans précis, l’équipe du coin avait coupé le câble Paris-Belfort […] en rondelles ! Les Allemands trouvaient une panne, ils rafistolaient, et quand ils essayaient de [le] remettre en service ils s’apercevaient qu’il y avait encore une coupure quelque part, et comme elles n’étaient pas à distances régulières […] il fallait chercher. En réalité il était nécessaire de tirer des câbles nouveaux. Ils n’ont pas pu téléphoner de Belfort à Paris […]. En passant par Strasbourg c’était inaudible18. ”

Ces vrilles qui creusaient un piège aquatique aux souris des champs, par noyade, inspira l’inventeur du carottage de si peu de terre. Il donnait un impact minimal de destruction ciblée sur le câble. Merveille de l’esprit humain qui associe galerie de rongeurs souterrains à celle où circule l’information et qui peut grignoter tout espoir de survie de celui qui subit un interrogatoire !

Le soupirail mal fermé du wagon de la mort

Mann, qui avait fait partie d’un premier groupe de résistance avec le médecin Vic Dupont, fut arrêté en octobre 1943, à la suite d’une dénonciation, et torturé. Envoyé à Fresnes pour quelques mois, fin janvier 1944, il est dirigé sur Drancy, “ plaque tournante vers les camps de concentration allemands […]. Les interrogatoires et exécutions n’étaient plus à craindre mais […] René Mann lui-même nous19 avait expliqué avant son arrestation qu’en réalité ces camps étaient des lieux d’extermination. Nous avions eu de la peine à y croire. Peu de gens s’en doutaient. Mais nous savions, et lui aussi savait […].

“ À Drancy, les déportés avaient été enfermés à plus de cent par wagon de marchandises et le train dirigé sur l’Allemagne. Mann s’était placé près d’un soupirail d’aération qu’il avait remarqué mal fermé. On pouvait l’ouvrir de l’intérieur en enlevant un fil de fer qui ne tenait pas bien. Il attendit d’être à la hauteur de Châlons-sur-Marne, profita d’une courbure de la voie, laquelle était en remblai, ouvrit la trappe et sauta du train dans la nuit. Après quelques tonneaux, il se retrouva sain et sauf sur le talus, malgré les soldats qui, postés sur les marchepieds des wagons et munis de projecteurs, l’arrosaient copieusement avec leurs mitraillettes. Un autre détenu sauta aussitôt après et se cassa une jambe. Notre “castor” transporta le blessé jusqu’au village le plus voisin, le confia aux paysans et regagna Chalons ”20, où il avait des amis.

Pris par les Allemands sur dénonciation, en octobre 1943, sauvé par le soupirail le 28 janvier, il arrive le 2 février au domicile de M. Persoz où il se réfugie. Il est caché pendant près de quinze jours à l’issue desquels le mariage religieux de Jacqueline et René Mann est célébré par un pasteur encouragé à violer la loi, étant donné l’impossibilité d’un mariage civil pour cet évadé des trains de la mort.

Question lancinante, cette “ machine génocidaire ” à laquelle Mann a pu échapper par conscience de la mort prochaine, son sens aigu de l’observation, et son assurance hors norme, “ ce train fou qui écrasait toute victime qui se présentait devant lui ”21, n’y avait-il pas un moyen de l’éviter ?

Quant à la dénonciation, c’est le “ réel pouvoir de l’État totalitaire [où] chacun peut faire appel à la police pour exercer une coercition sur son voisin. Il en résulte une privatisation de l’État, dont la principale conséquence est l’éclatement de la société civile ”22.

“ Esprit d’initiative […] fermeté de caractère, courage, indépendance d’esprit [mais en même temps esprit d’indiscipline, de non-respect de la loi], pour survivre ne faut-il pas se placer dans l’illégalité ? […] Ce que l’on fait n’est pas nécessairement ce que l’on pense, ce que l’on dit n’est pas ce que l’on croit […]. Dans une société totalitaire, chacun peut voir double, le visible est le dissimulé. C’est pourquoi résister, c’est aussi se protéger quelque part contre cet univers destructeur et psychotique, préserver un espace d’unité intérieure dans lequel on s’efforce de rester fidèle à soi-même23. ”

Ainsi, une réponse n’est-elle pas de réarticuler ce qui était désarticulé, donner force à ce qui était affaibli en retrouvant une certaine cohésion sociale ?

LA COHÉSION SOCIALE AUTOUR D’UN HOMME

Elle est obtenue par la confiance du physicien envers Léon Denivelle et de Denivelle envers René Mann, par l’efficacité discrète des résistants de la SNCF et par celle des Francs-Comtois anonymes.

La confiance

Denivelle et Langevin se sont connus avant la guerre pendant une période militaire et ils avaient un ami commun, Grégory. Dès le début de la guerre Grégory les invitaient souvent à déjeuner et la confiance s’est peu à peu établie.

L’homme de terrain que fut Mann est entré aussi en confiance avec Denivelle d’une manière très naturelle : étant interprète au cabinet du préfet de Police de 1940 à 1943, Mann a pu donner “ une première information sur les descentes qui allaient être faites chez les Juifs de la banlieue nord de Paris et Enghien ”24, sauvant ainsi quelques vies humaines dans l’entourage du professeur de chimie au CNAM, “ de même qu’une quantité d’autres israélites, de la région de Paris, […] préven[us] à temps ”25.

Ainsi, ce fut ce climat d’estime de l’autre et d’amitié qui a permis cette cohésion particulière entre Langevin, Denivelle et Mann.

Le réseau des FFI à la SNCF

Par leur grande maîtrise des dangers encourus, de la peur immédiate, les résistants de la SNCF, dans ce cas, ont facilité, par un système très organisé de wagons-lits conçus comme des prisons protectrices, les quelque 300 voyages vers la Suisse de Mann – dont celui avec Paul Langevin – pour établir entre autres “ des liaisons radio avec Londres par la Suisse […] pour être plus tranquille ”, près du village de La Roche-d’Or26 à 927 m d’altitude, le point le plus haut de la région. L’employé qui était avec Richard, le chef de gare de Belfort, “ était spécialisé dans l’ouverture des valises en dégoupillant les charnières […] et il nous avait, dit Mann, fourni un imperméable peau de saucisse gris, l’imperméable de la Wehrmacht ”27, pour prendre l’allure de l’occupant et passer inaperçu ; “ le Journal du peuple [Volksbeobachter, journal du parti nazi, en allemand] […] dépassait toujours de la poche, [il] avait une moustache à la Adolf, et un chapeau mou […]. [Mann pouvait] passer partout et répondre de tout ”28, jouer même au médecin et aider l’accouchement d’une femme. Seul il voyageait dans les wagons allemands, c’était là qu’il était le plus tranquille […] munis de faux papiers de la Gestapo. Mann précise d’ailleurs que “ le chef de gare de Belfort a été poursuivi après la guerre pour collaboration […] parce qu’il faisait son travail suffisamment discrètement pour que les FFI et les comités locaux d’épuration lui aient cherché des ennuis […] après la guerre ”29.

Ainsi, les résistants de la SNCF ont permis le déplacement rapide et sûr de personnes dont il fallait sauver la vie ; ils ont donné la possibilité à Mann, chaque semaine pendant l’année 1944, d’aller en Suisse pour les liaisons avec Londres, et ils ont fourni des informations sur les transports militaires et le contenu de certaines valises allemandes.

Les anonymes

Ils sont le tissu protecteur qui a permis de sauver la vie à un grand nombre de personnes ; “ il y avait la soupe populaire de Montbéliard qui cherchait son ravitaillement un peu partout et qui avait des enfants placés dans les fermes et leurs véhicules circulaient ”30, proche de la frontière. “ Il y avait aussi les industriels locaux et les fermiers du coin qui faisaient le guet31. ”

Ils sont aussi ceux, comme le petit boulanger de Montbéliard et d’autres, qui transmettaient du haut du clocher de l’église la réforme de l’enseignement, terminée en exil par Langevin, avec l’installation préparée par le physicien. “ Au moment de la bagarre dans le coin, ils émettaient [à d’autres fins] sur le dôme de l’église, malgré les contrôles continuels […]. Ces gens-là totalement dévoués […] sont morts quant ils ont empêché le pont [de chemin de fer sur le Doubs] de sauter […]. À la fin la voie [était détruite] sans arrêt. Le pont a été déminé je ne sais combien de fois. Ensuite les Allemands ont installé carrément des bombes ou des torpilles […] des charges sur le pont et dans la maison où il y avait le poste de garde allemand et le dispositif de mise à feu, il y avait dans le grenier un groupe de résistants qui ont démoli les Allemands chaque fois […] au moment où ils voulaient faire sauter le pont32. ”

Ces gens “ dévoués ”, selon Denivelle, firent don de leur personne par leur vouloir, leur conscience d’individu et leur action fut “ l’expression même de la non-abdication de l’esprit face au totalitarisme ”33, au fascisme dont “ l’avènement [fut] […] sans doute la plus forte mise qu’ait jamais consentie la bourgeoisie capitaliste ; et c’est sous sa forme nationale, […] sous sa forme ­éthico-politique […] que nous pouvons […] percevoir la lutte contre Hitler ; c’est ainsi sous ces formes que l’ont mené bien des sujets, […] en puisant aux intarissables réserves d’être du sujet national, […] [même] si c’est lui, le sujet de classe, qui dit l’histoire, qui assigne des objectifs et tranche leur historicité ”34.

CONCLUSION

Cette résistance civile, non armée, structurée par l’amitié, ou la confiance, par l’appartenance à une organisation de résistance des Forces françaises de l’intérieur, ou de renseignements, et par de nombreux anonymes, crée cette cohésion sociale pour “ faire surgir de l’humain dans un monde dont la finalité est de détruire l’homme ”35. Un homme, Paul Langevin, est sauvé par “ la force des faibles […] et le pouvoir des sans-pouvoirs ”36.

Dans ces moments de dérives cataclysmiques, la prétention nazie est de vouloir le combat contre, qui cherche à détruire le sujet, l’être. Il y a alors brouillage de cette hiérarchie barbare du prétendu fort sur le prétendu faible en restaurant un champ d’immanence, celui de l’amitié, de la confiance où “ la sélection ne porte plus sur la prétention mais sur la puissance. La puissance est modeste à l’opposé de la prétention ”37.

Restituer à la mémoire certains moments de bonheur frondeur où la vie se manifeste sans éclat, secrètement, peut-il inspirer le sujet d’aujourd’hui, en situation d’émiettement culturel ?

_______________

1. Transcription réalisée par Bernard Persoz, qui lui a ajouté onze lettres des protagonistes et d’André Langevin, échangées à l’occasion de cette réunion. Le document, qui porte le titre Évasion de Paul Langevin en Suisse, 1944, comprend en tout 43 pages dactylographiées. Un exemplaire a été déposé par Bernard Persoz à la bibliothèque de l’École de physique et chimie de Paris.

2. Adrien Perret, cité par Léon Denivelle, in Bernard Persoz, Évasion de Paul Langevin en Suisse, 1944, s.d., 43 p., p. 2.

3. René Mann, in Bernard Persoz, Évasion…, op. cit., p. 4.

4. René Léger, ibid., p. 40, lettre de René Léger et de Philippe Alleman à Léon Denivelle transmise par René Mann à B. Persoz.

5. Ibid.

6. Ibid.

7. Jacques Sémelin, Sans armes face à Hitler, Paris, Payot, “ Petite Bibliothèque Payot ”, 1998, p. 157, 170.

8. Léon Denivelle, in Bernard Persoz, Évasion…, op. cit., p. 29.

9. Ibid., p. 4.

10. Ibid.

11. Jacques Sémelin, op. cit., p. 153.

12. René Mann, in Bernard Persoz, Évasion…, op. cit., p. 23.

13. Ibid., p. 24.

14. Ibid.

15. Ibid.

16. Jean Chevalier ; Alain Gheerbrant, Dictionnaire des symboles, Paris, Seghers, 1973, s.v. “ Serpent ”, p. 182-183.

17. G. Bachelard, La terre et les rêveries du repos, Paris, 1948, p. 212, cité in Jean Chevalier ; Alain Gheerbrant, op. cit., p. 183.

18. René Mann, in Bernard Persoz, Évasion…, op. cit., p. 22.

19. À Bernard Persoz et à sa famille.

20. Bernard Persoz, “ L’Occupation ”, extrait des “ Mémoires de mon père ”, manuscrit inédit dont 7 pages ont été communiquées à l’auteur par Henri Persoz, fils de Bernard, le 30 mai 2000, p. 37, 38.

21. Jacques Sémelin, op. cit., p. 218.

22. Ibid., p. 177.

23. Ibid., p. 223, 225, 226.

24. Léon Denivelle, in Bernard Persoz, Évasion…, op. cit., p. 28.

25. Ibid.

26. René Mann, in Bernard Persoz, Évasion…, op. cit., p. 28, 6.

27. Ibid., p. 23.

28. Ibid.

29. Ibid., p. 4.

30. Léon Denivelle, in Bernard Persoz, Évasion…, op. cit., p. 21.

31. Ibid.

32. René Mann, Léon Denivelle, in Bernard Persoz, Évasion…, op. cit., p. 15.

33. Jacques Sémelin, op. cit., p. 223.

34. Élisabeth G. Sledziewski, Révolutions du sujet, Paris, Méridiens-Klincksieck, 1989, p. 298, 299.

35. Jacques Sémelin, cité par Alexandra Laignel-Lavastine, “ Résistance à la terreur ”, in “ Le monde des poches ”, Le Monde, 7 avril 2000, p. XII.

36. Ibid.

37. Gilles Deleuze, Critique et clinique, Paris, Éd. de Minuit, 1993, p. 171.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search