4.1 La résistance des cheminots, un champ ouvert à la recherche

UNE ENTREPRISE PUBLIQUE DANS LA GUERRE : LA SNCF, 1939-1945


Quatrième partie : La résistance ferroviaire – Souvenir, mémoire et représentations


Laurent Douzou – La résistance des cheminots, un champ ouvert à la recherche

LES PRINCIPAUX OBJECTIFS DU FILM

Mon intervention sera courte parce que son ambition est limitée. Il ne s’agit nullement pour moi de vous présenter une lecture d’un film que tout un chacun appréciera comme il l’entend. Mon propos vise deux objectifs : d’abord, préciser dans quel esprit le film que vous verrez a été réalisé ; ensuite, rappeler que l’histoire de la résistance des cheminots, en dépit d’une abondante littérature et, notamment, d’une abondante littérature grise, reste largement à faire.

Le film que vous allez voir ne prétend nullement à l’exhaustivité. Sa durée – un quart d’heure – et, surtout, l’esprit dans lequel il a été conçu interdisaient cette option. Il s’agit, tout au contraire, d’un montage de courts extraits d’entretiens recueillis lors d’une campagne récente et qui représentent, au total, une douzaine d’heures de témoignages filmés. À partir de ce matériau abondant et riche, le court métrage qui va vous être projeté a composé une mosaïque, un assemblage impressionniste au sens pictural du mot, une vision kaléidoscopique, une vision éclatée et constituée d’éclats de souvenirs. Si le réalisateur Claude Binsse et son équipe ont, bien entendu, pris soin de faire en sorte que des sensibilités différentes y aient la parole, il ne faut pas chercher à faire dire à ce film plus qu’il ne dit. Il permet que soient entendues, ici, dans le cadre de ce colloque, les voix de résistants cheminots. Il se veut aussi en quelque manière incitation à bâtir cette histoire qui n’existe qu’en pointillés. Il me semble, pour l’avoir visionné une fois, que l’objectif est atteint.

LE RÔLE DÉTERMINANT DES TÉMOINS

S’il ne faut pas faire dire à ce film plus qu’il ne se proposait de dire, il dit tout de même déjà beaucoup. De ce qu’il dévoile des acteurs que le temps a mués en témoins, il y a à tirer des enseignements qui esquissent des pistes de travail sur les motivations de l’engagement des cheminots résistants, sur les voies et moyens de cette résistance, sur le rôle des familles et des femmes – mères, compagnes souvent à l’arrière-plan de ces témoignages –, sur la force de l’identité cheminote qui affleure par moments et sur quantité d’autres points. Ce qui frappe plus encore à mon sens à regarder ce film, c’est combien les souvenirs que ces témoignages égrènent sont imbriqués avec la mémoire de la Résistance telle qu’elle s’est constituée depuis plus d’un demi-siècle, une mémoire qui est faite de souvenirs personnels et de références implicites aux travaux et aux débats qui ont porté sur cette période. Ce sont bien des témoins qui nous disent que la résistance cheminote ne saurait se réduire aux attentats, aux déraillements, insistant par là, à l’unisson de l’historiographie la plus récente, sur l’intérêt d’une étude de la Résistance vue d’en bas, au ras d’une quotidienneté qui s’est étendue sur les longues années de l’Occupation. Les mêmes témoins mettent l’accent sur l’intérêt d’une étude qui prenne en compte ce que nous appelons la résistance civile. Ce sont bien les témoins, encore, qui affirment que des phénomènes comme le négationnisme les ont puissamment déterminés à faire entendre leur voix.

UN DEVOIR D’HISTOIRE

Derrière ces propos, il y a sans doute l’idée tantôt sous-jacente, tantôt parfaitement consciente, que le travail de mémoire ne saurait s’effectuer sans que, parallèlement, s’exerce un devoir d’histoire. Il me semble que nous pouvons prendre en compte cette revendication. Travailler en historien sur la résistance des cheminots, voilà au fond ce à quoi nous convie ce film. Avec l’aide des témoins, en prenant appui sur les archives de la SNCF, croisées, recoupées avec les fonds très riches disponibles par ailleurs, ce travail est désormais possible. Il est possible, mais il n’est que temps. Parce que ce que disent ceux que nous allons entendre, c’est que le moment du “ passage du témoin ” est venu. Comme tous les autres résistants de quelque secteur qu’ils soient, les cheminots sont taraudés par la question de savoir ce qu’il adviendra des faits et des valeurs dont leur mémoire a été et est porteuse. Cette interrogation est à la fois légitime et émouvante. Nul ne peut préjuger de la réponse qu’elle recevra. Tout juste pouvons-nous nous mettre en situation d’écouter vraiment les témoins. Il faut pour cela nous défaire de cette propension que nous avons à entendre distraitement. Il faut essayer d’éviter, au fond, la posture qui désole et qui blesse l’un de ceux qui parlent dans ce film, celle du fils respectueux sans doute mais blasé qui coupe son père qui raconte d’un : “ Je sais, tu me l’as dit déjà. ” Le propos n’est pas seulement blessant. Il interdit de comprendre vraiment une réalité enfuie, enfouie qui exige des trésors de travail, de patience, d’ingéniosité pour être approchée. Joseph Kessel avait cent fois raison de parler d’une “ armée des ombres ”. C’était en 1943. Depuis lors, l’expression a pris une résonance polysémique. “ L’armée des ombres ”, c’est aussi cette histoire peuplée d’ombres que nous peinons à saisir. La première vertu de ce film, c’est de nous laisser les approcher et de leur permettre de nous parler, de parler à notre intelligence et à notre imagination.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search